Marcel et Sylvie Thébault, exploitants agricoles expulsables, se disent "sereins"
Marcel et Sylvie Thébault, exploitants agricoles expulsables, se disent "sereins" © MaxPPP

Ce samedi 26 mars, c'est la date limite fixée par la justice pour l'expropriation des derniers habitants et paysans historiques du site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Onze familles et quatre exploitations agricoles sont concernées. Ils peuvent désormais être évacués à tout moment après passage d'huissier leur notifiant un "commandement de quitter les lieux". Différentes actions sont prévues ce samedi dans toute la France pour les soutenir.

Marcel et Sylvie Thébault, producteurs de lait, se disent "sereins"

Marcel Thébault est agriculteur au Liminbout, hameau de Notre-Dame-des-Landes. Lui et sa femme Sylvie sont désormais expulsables mais restent sereins. Ils reconnaissent avoir du mal à se dire que leurs terres sont propriétés d'Aéroport du grand ouest alors qu'ils ont refusé les indemnisations.

Dans la perspective d'un référendum en juin, le couple de quinquagénaire ne s'attend pas à être évacué par la force dans les prochains jours. Fin janvier, la justice leur a pourtant donné deux mois pour partir.

À partir de ce 26 mars, on change de statut etnotre éducation ne nous a pas préparés à être dans l'illégalité. On invite des gens à venir discuter avec nous, c'est notre façon de gérer le stress. Le prochain rendez-vous ce sont les travaux qui doivent démarrer en octobre, pour l'instant on continue d'occuper le terrain, on continue notre activité comme on l'a toujours fait, même si certains parlent d'aveuglement.

Marcel Thébault au micro d'Anne Patinec

Le couple considère ce projet d'aéroport "inutile" et "illégitime". Avec d'autres occupants "hors-la-loi" du hameau, ils organisent une journée porte-ouverte ce samedi.

"On devient hors-la-loi mais face au jusque-boutisme politique, on se doit de s'opposer jusqu'au bout ".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.