Le sexisme présent en entreprise et dans le monde politique
Le sexisme présent en entreprise et dans le monde politique © MaxPPP / Christophe Petit Tesson

Dans un appel publié par le JDD, ces femmes politiques racontent comment l'affaire Baupin les a convaincues de raconter le sexisme qu'elles ont vécu, de mille et une façons différentes, au cours de leur carrière dans le très masculin milieu politique.

Si les révélations de France Inter et Mediapart ont déjà coûté à Denis Baupin sa place de vice-président de l'Assemblée, elles pourraient bien coûter aussi aux hommes politiques leurs petites habitudes. C'est en tout cas ce qu'espèrent ces 17 ex-ministres qui signent une tribune indignée dans le Journal du dimanche.

Les signataires : Roselyne Bachelot, Michelle Demessine, Cécile Duflot, Elisabeth Guigou, Aurélie Filippetti, Chantal Jouanno, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christine Lagarde, Marylise Lebranchu, Corinne Lepage, Monique Pelletier, Fleur Pellerin, Valérie Pécresse, Yvette Roudy, Catherine Trautmann, Dominique Voynet, Rama Yade

Pour elles, le sexisme concerne tous les milieux, et l'idée est que le monde politique doit être celui qui donne l'exemple en la matière. "Nous partageons la volonté que le sexisme n'ait pas sa place dans notre société", assurent ces femmes politiques. "Le monde politique a un devoir d'exemplarité."

Pour elles, la question ne vient pas nécessairement d'un manque de lois en la matière. "L'arsenal juridique existe, mais les lois ne sont pas suffisamment appliquées. Le code du travail protège la salariée mais il n'est pas respecté. Peu de femmes portent plainte et très peu de plaintes débouchent sur des condamnations. "

"Cela suffit. L'impunité, c'est fini."

Les 17 anciennes ministres le promettent : elles ne se tairont plus.

Nous dénoncerons systématiquement toutes les remarques sexistes, les gestes déplacés, les comportements inappropriés. Nous encourageons toutes les victimes de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles à parler et à porter plainte.

Car pour elles, contrairement à tout ce qu'elles ont vécu ces dernières années voire ces dernières décennies, "ce n'est pas aux femmes à s'adapter à ces milieux, ce sont les comportements de certains hommes qui doivent changer."

On ne peut pas dire à une femme [...] à propos d'une collègue : "À part ses seins magnifiques, elle est comment ?" On ne peut pas lui dire d'un air graveleux : "Ta jupe est trop longue, il faut la raccourcir" ou "Est-ce que tu portes un string ?" On ne peut pas dire à celle qui raconte publiquement une histoire de viol dans le métro : "Ce n'est pas à toi que ça arriverait."

Des expériences que certaines de ces élues ont elles-mêmes vécues.

La publication de la tribune a rapidement provoqué de nombreux commentaires sexistes sur le site du JDD mais aussi sur les réseaux sociaux, prouvant ainsi, paradoxalement, toute sa nécessité .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.