"Retrouver le confinement qui a stoppé le virus", c'est retrouver les règles que nous avons connues au printemps. Oui, mais avec quelques ajustements, précisés par Emmanuel Macron.

Le chef de l'État, lors de son allocution télévisée.
Le chef de l'État, lors de son allocution télévisée. © AFP / Hans Lucas / Myriam Tirler

Confinement, acte 2. Emmanuel Macron a annoncé mercredi que les Français allaient devoir "au maximum rester chez eux", à partir de vendredi, et ce "à minima jusqu'au 1er décembre", pour tenter de faire face à "l'accélération soudaine" de l'épidémie de Covid-19 qui "submerge" toute l'Europe. Le chef de l'État a averti les Français, sur un ton grave, que la deuxième vague "sera sans doute plus dure et meurtrière que la première" qui avait fait plus de 30 000 morts au printemps. "J'ai décidé qu'il fallait retrouver, à partir de vendredi, le confinement" sur "tout le territoire national", a dit le président de la République dans une allocution télévisée, appuyée par des infographies explicatives. Confinement, oui, mais avec quelques changements par rapport au printemps :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce qui change

  • Cette fois, les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts, à l'exception des universités où l'enseignement devra se faire à distance ;
  • Le travail pourra continuer même si le télétravail devra à nouveau être généralisé "partout où c'est possible". Ainsi, les guichets de service public resteront ouverts, les usines, les exploitations agricoles et le BTP continueront de fonctionner ;
  • Adaptabilité du dispositif : les mesures seront réévaluées "tous les 15 jours" pour décider de "mesures complémentaires" ou a contrario "alléger" certaines contraintes, "en particulier sur les commerces" ;
  • Les cimetières vont rester ouverts, "à la Toussaint" ;
  • Les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités dans le respect des règles sanitaires. Les personnes en situation de handicap "bénéficieront des souplesses dont elles ont besoin" a aussi indiqué le chef de l'État sans plus de précisions. 

Ce qui ne change pas

  • Il faudra une attestation de sortie pour se déplacer (travailler, conduire ses enfants à l'école, se rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire des courses "essentielles" ou prendre l'air "à proximité" de son domicile) ;
  • Les réunions privées (en dehors du "strict noyau familial") et les rassemblements publics sont interdits ;
  • Les déplacements entre les régions seront interdits ;
  • Les commerces "non-essentiels" ainsi que les bars et restaurants seront fermés. La liste de ces commerces "non essentiels" définie au printemps ne change pas, a indiqué le chef de l'État. 

Le détail des mesures jeudi soir

"Je cultive l'espoir de célébrer en famille ce moment si précieux de Noël et des fêtes de fin d'année", a dit Emmanuel Macron. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé sur Twitter qu'il tiendrait une conférence de presse jeudi à 18h30 pour détailler les "nouvelles mesures pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19", après l'allocution du chef de l'État. 

Avant cela, le chef du gouvernement doit s'exprimer jeudi matin devant l'Assemblée nationale, puis l'après-midi devant le Sénat, où les nouvelles mesures liées au confinement doivent être soumises à un vote des parlementaires