Après l'animateur Stéphane Bern, c'est au tour de Sophie Marceau d'apporter son soutien à l'association L214 qui lutte contre la souffrance animale. L'actrice s'exprime dans une vidéo publiée ce dimanche sur internet, un plaidoyer entrecoupé d'images tournées dans un élevage breton.

L'association L214 a publié trois vidéo pour mobiliser contre la souffrance animale et le sort réservé aux poules élevées en batterie
L'association L214 a publié trois vidéo pour mobiliser contre la souffrance animale et le sort réservé aux poules élevées en batterie © AFP / Alain Pitton / NurPhoto

À deux jours de l'examen du projet de loi sur l'alimentation, association L214 interpelle les Français et les députés, dans l'espoir de mettre fin à l'élevage des poules pondeuse en cage et de voir voter l'interdiction des cages.

Le calvaire subi par ces animaux est détaillé dans trois vidéos, tournées dans trois exploitations différentes : dans la Somme, dans la Manche et dans les Côtes-d’Armor. Manière d'expliquer que ce n’est pas le problème d'une entreprise mais bien celui d'un type d’élevage : la cage.

Pour sa troisième vidéo, L214 reçoit le concours de Sophie Marceau. La comédienne raconte les grillages sur lesquels les poules piétinent dans un espace tellement petit qu'on leur épointe le bec pour éviter qu’elles blessent leurs congénères. Elle explique les animaux décédés et dont on n'enlève pas le corps, qui se décompose. 

Une pétition contre l'élevage des poules en cage a dépassé les 97 000 signatures. Dans la vidéo, Sophie Marceau fait état d'une étude* selon lesquelles 90% des Français souhaitent l'interdiction de ce genre d'élevage, pour demander aux députés d'être leurs porte-parole. 

Nous comptons sur vous pour mettre fin à ce supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses

Sept poules pondeuse sur dix sont élevées en cage

Pour Sébastien Arsac, porte-parole de L214, les députés ont, à partir de mardi, "une occasion concrète d’améliorer le sort de 33 millions de poules pondeuses en France". L'association demande d'ailleurs que le vote sur les amendements concernant cette question soit public "pour qu'on puisse avoir un regard citoyen sur d’éventuels écart entre les discours et les pratiques" des élus.

Stéphane Travert était ce ce dimanche l’invité de Questions politiques. Pour le ministre de l'Agriculture la filière est déjà dans "une forme de progrès" et "dans quelques temps il n'y aura plus de poules en cage, au fur et à mesure des investissements nouveaux. "                

En décembre dernier, 21 ONG parmi lesquelles 30 Millions d'Amis, PETA France, la SPA, L214 ou la Fondation Brigitte Bardot, avaient adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander d'interdire l'élevage des poules pondeuses comme il s'y était engagé.

Dans cette lettre, les associations rappelaient au chef de l'Etat son engagement formulé lors de la campagne présidentielle auprès du collectif Animal Politique en avril 2017. Emmanuel Macron s'était alors engagé à faire "disparaître l'élevage en batterie des poules pondeuses au profit des élevages alternatifs". Il avait affirmé alors que "les œufs de poules en batterie seront interdits à la vente au consommateur" en 2022. 

* Enquête OpinionWay datée de 2014  

Comment savoir d'où viennent les œufs ?
Comment savoir d'où viennent les œufs ? © AFP
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.