Patrouille de police devant le lycée Henri IV
Patrouille de police devant le lycée Henri IV © Reuters / Christian Hartmann

A 9 heures ce lundi matin, les élèves de trois lycées parisiens ont été confinés à la suite de menaces. Il s'agit de la troisième mise à l'abri en une semaine dans des lycées parisiens. Les établissements Condorcet, Henri IV et Louis-le-Grand, déjà menacés la semaine dernière, étaient visés ce lundi.

La police indique que les trois lycées ont reçu des appels menaçants vers 09H00 :

Vous allez tous mourir, a lancé la personne au bout du fil

Immédiatement, les lycéens ont été confinés, les portes fermées. Le rectorat a lui-même prévenu les familles via Twitter :

Mardi et jeudi derniers, plusieurs établissements, dont les trois visés ce lundi, ont été la cible de menaces. La police n'a rien trouvé et les lycées avaient repris leur fonctionnement habituel.

Pas d'alerte à la bombe, plutôt des menaces

Les alertes de jeudi concernaient les lycées Charlemagne, Condorcet, Hélène-Boucher, Louis-Le-Grand, Victor-Hugo et Passy-Saint-Honoré. Le rectorat avait indiqué qu'il ne s'agissait pas d'alertes à la bombe mais de "menaces", sans plus de précision.

Deux jours auparavant, Charlemagne, Fénelon, Montaigne, Condorcet, Henri-IV et Louis-le-Grand avaient reçu des appels quasi-identiques indiquant que des colis piégés se trouvaient au sein des établissements.

Le parquet de Paris a ouvert la semaine dernière une enquête pour menaces de destruction, confiée à la Sûreté territoriale de Paris.

Alertes à la bombe à Lyon

Six établissements lyonnais ont également reçu ce lundi matin des appels anonymes. Cette fois, les appels faisaient état d'une bombe. Deux d'entre eux ont été évacués. Les menaces viendraient d'un même message préenregistré, selon la préfecture du Rhône.

Les alertes ont concerné les lycées Edouard-Herriot (6e arrondissement), Ampère (2e), Jean-Perrin (9e), la cité scolaire internationale (7e), ainsi que les collèges Henri-Longchambon (8e) et Jean de Verrazane (9e). Seuls le lycée Edouard-Herriot et le collège Longchambon ont été évacués temporairement pour des inspections menées par la police.Le préfet du Rhône, Michel Delpuech a pour sa part, donné des consignes de "sang-froid" aux personnels des établissements scolaires.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.