Il y a un an, la France passait aux onze vaccins obligatoires. Huit vaccins s'ajoutaient aux trois déjà imposés jusqu'alors. Un an après la situation est bien plus apaisée qu'on aurait pu l'imaginer.

Il y a un an, la France passait aux onze vaccins obligatoires
Il y a un an, la France passait aux onze vaccins obligatoires © AFP / Fred TANNEAU

Pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, huit vaccins - notamment hépatite B, coqueluche, méningocoque C, rougeole, rubéole et oreillons - se sont ajoutés aux trois vaccins qui étaient déjà obligatoires : diphtérie, tétanos, polio.

Avant la mise en place de l'obligation, des voix s'étaient élevées (les anti-vaccins surtout), jugeant la démarche liberticide. Un an après, le bilan est plutôt positif : peu de vagues et une couverture vaccinale, qui, logiquement s'améliore. 

Les pédiatres sont tous relativement d'accord sur ce point : l'obligation vaccinale a plutôt apaisé les parents hésitants, et a finalement renforcé leur adhésion. La différence vaccin obligatoire/vaccin recommandé, qui prévalait jusque-là, semait le doute et encourageait la méfiance. Désormais, le message est plus clair et le travail des médecins est facilité. Sylvie Hubinois, pédiatre en région parisienne, le constate : "Je pense que les gens qui doutent sont moins nombreux, du coup on perd moins de temps à argumenter. Car, logiquement, on peut penser que le gouvernement ne veut pas faire courir de risques aux enfants."

Plus concrètement, la couverture vaccinale était faible pour certaines maladies. En quelques mois, les premiers chiffres l'attestent, les choses se seraient nettement améliorées. Le pourcentage d'enfants vaccinés par un vaccin hexavalent est passé de 92% en mai 2017, à 98% en mai 2018. 

L'obligation semble même avoir eu un effet d'entrainement sur d'autres vaccins non obligatoires pour d'autres tranches d'âges. Les chiffres en attestent : les couvertures vaccinales augmentent significativement depuis un an pour le papillomavirus, le méningocoque C ou encore le RPR, qui protège de la rougeole, des oreillons et de la rubéole.

le calendrier vaccinal
le calendrier vaccinal © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.