Planche de charcuterie
Planche de charcuterie © CC Charles Haynes

La consommation de charcuterie est cancérigène, celle de viande rouge "probablement" aussi, selon une évaluation mise en ligne lundi par l'agence cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et publiée dans la revue The Lancet.

L'OMS, via le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), se base sur plus de 800 études. Parmi les cancers les plus fréquemment associés à la viande figure le cancer colorectal et dans une moindre mesure les cancers de la prostate et du pancréas.

Les hot-dogs (saucisses de Francfort), le jambon, les saucisses, le corned-beef, les lanières de boeuf séché, les viandes en conserve et les préparations et les sauces à base de viande, font partie des produits de viande transformée.

Modération et non suppression

Le CIRC explique que, pour un individu le risque de développer un cancer colorectal en raison de sa consommation de viande transformée reste faible, mais ce risque augmente avec la quantité de viande consommée. Pourtant les auteurs de l'évaluation ne recommandent pas une alimentation végétarienne, puisqu'ils notent que les régimes végétariens et les régimes carnés ont "des avantages et des inconvénients différents pour la santé". La viande, rappellent-ils, fournit des protéines, du fer, du zinc et des vitamines B.

En conclusion, selon le Dr Christopher Wild, directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), à l'origine de l'évaluation : "Ces résultats confirment les recommandations de santé publique actuelles appelant à limiter la consommation de viande".

CONSULTER | Les précisions du Centre international de recherche sur le cancer

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.