C'était il y a 50 ans jour pour jour : dans la nuit du 20 au 21 juillet 1969, pour la première fois de l'Histoire des êtres humains posaient le pied sur la lune. Et pour la première fois aussi cet événement était diffusé à la télévision. Et vous, comment l'avez-vous vécu ?

Les premiers pas des hommes sur la Lune ont été diffusés à la télévision dans le monde entier
Les premiers pas des hommes sur la Lune ont été diffusés à la télévision dans le monde entier © AFP

C'est l'un des événements qui ont marqué l'histoire de la télévision : pour le premier pas sur la Lune, la Nasa fournit à Buzz Aldrin et Neil Armstrong une caméra, afin de diffuser au monde entier cette prouesse technique et scientifique. Le 21 juillet 1969 à 3h56 (heure française), l'événement a lieu... devant des centaines de millions de téléspectateurs partout dans le monde. En France également, des millions de personnes assistent à cet instant alors que seuls 6 foyers sur 10 ont la télévision. Parmi eux, cinq témoignent aujourd'hui et nous livrent leurs souvenirs.

Marie-Claude, retraitée, 60 ans : "Le directeur de l'école avait demandé à tous les élèves de regarder"

Marie-Claude Chamirian était secrétaire avant de prendre sa retraite à Issy-les-Moulineaux. "Je me rappelle très bien : à l'époque, j'avais dix ans. J'habitais une toute petite commune qui s'appelle Saint-Pavace dans la Sarthe. Le directeur de l'école nous avait demandé, à tous les élèves, de regarder la télévision. J'habitais chez mes grands parents, et - c'était un luxe à l'époque - nous avions la télévision. Je me rappelle très bien avoir vu qu'ils descendaient et qu'ils marchaient d'une façon très étrange sur la Lune. Tout le monde en parlait dans le village, tout le monde ! Quand je regardais la Lune, après, je la voyais autrement, je me disais que quelque chose qui nous paraissait inatteignable avait été en fait atteint par des humains". 

Laurent, consultant, 61 ans : "Je me suis levé sans bruit à 3h du matin"

Laurent P. s'est levé en cachette pour regarder la télé
Laurent P. s'est levé en cachette pour regarder la télé © Radio France / JB

"J'avais pratiquement 12 ans, à un mois près. J'attendais ça avec beaucoup d'impatience parce que mon père est pilote, nous avons toujours été dans le bain de l'aéronautique. La Lune, c'est quelque chose qui m'a toujours fait rêver, tout comme la conquête spatiale. Cette nuit-là, j'ai osé aller contre l'avis de mes grands-parents qui ne voulaient pas que je regarde la télé à des heures impossibles ! Je suis descendu de ma chambre, qui était à l'étage, avec un escalier qui craque. Déjà, il fallait descendre l'escalier, il ne fallait pas avertir qui que ce soit. Puis j'ai allumé la télé, et j'y suis resté jusqu'au petit matin, où ma grand-mère m'a découvert dans le salon, devant la télé. Et mon grand-père m'a dit "ouah, tu as fait ça quand même, ce n'est pas mal" 

Jean, retraité, 72 ans : "J'étais moniteur de colo en Normandie, et je nous vois dans cette salle, observer le LEM descendre, malgré des images médiocres"

"J'étais vraiment très ému. Plus rien ne serait pareil après, sur le plan technologique et idéologique. C'était un événement considérable. Nous ressentions une ferveur incroyable... aussi parce que nous n'y croyions qu'à moitié. On se disait 'c'est pas possible, est ce qu'ils vont arriver sur la Lune, est ce qu'ils vont pouvoir redécoller, ou même mourir en arrivant brutalement sur le sol ?' Il y avait un suspens dramatique très important.  Nous étions en même temps enthousiasmés par l'exploit technologique et en même temps désolés d'une perte de mystère. La technique s'installait et tuait un peu la poésie de la Lune. Parce que la Lune avait été regardée par nos ancêtres pendant des milliers d'années, comme quelque chose de totalement inaccessible. Il y avait une forme de déception que la technique au fond, abolisse les rêves."

Pascal, chargé de mission audiovisuel, 59 ans : "Dans le village, tout le monde se retrouve au milieu de la nuit"

Pascal C. a regardé l'alunissage avec plusieurs familles de son village, chez ceux qui avaient la télé
Pascal C. a regardé l'alunissage avec plusieurs familles de son village, chez ceux qui avaient la télé © Radio France / JB

"En 1969 j'avais neuf ans. Mais il n'y avait pas que le jour de l'alunissage ! Nous avions déjà été très préparés par nos institutrices de l'époque. A ce moment-là, j'étais déjà parti en vacances dans un petit village à côté de Niort. Et il faut se souvenir qu'à cette époque, tout le monde n'avait pas la télévision. Alors dans le village, tout le monde se retrouve au milieu de la nuit, on réveille les enfants et tout le monde va chez tel ou tel voisin, pour regarder et vivre ce moment de télévision. Le souvenir que j'ai, c'était d'essayer, en sortant de là, de voir si on les voyait depuis la Terre. On voyait la Lune depuis les rues du village, on se disait qu'ils étaient là-haut et on se demandait si on pouvait les voir". 

Nicole, retraitée : "Ils m'avaient cassé ma Lune"

"Moi j'étais un petit peu en retrait : ils m'avaient fichu en l'air mon rêve. Ils savaient maintenant ce qu'était la Lune, un truc avec plein de poussière, où rien d'extraordinaire ne poussait. Et moi, je rêvais moins. Quand vous avez Musset qui parle de la Lune comme un point sur un I, Jules Verne qui fait le voyage autour de la Lune... j'étais déçue parce qu'ils m'avaient cassé ma Lune". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.