"- Et alors, ils ne vont pas se baigner, les journalistes ?Le ministre a encore les cheveux mouillés. Il vient visiblement de la piscine ou de la plage de l’hôtel.- Elle est pourtant drôlement bonne ! Allez, faut profiter !"C’était en Martinique, au cours d’un déplacement de trois jours dans les îles avec François Fillon et quatre de ses ministres (je vous jure, la vie, parfois, c’est pas facile !)… Dans l’hôtel, un très bel hôtel, il y avait donc une piscine, une jolie piscine dominant la mer ainsi qu’une jolie plage privée en contrebas de la piscine et le ministre aux cheveux mouillés, c’était Michel Barnier – le long monsieur tout blanc chargé de l’agriculture dans le gouvernement. Un ministre qu’à Paris, tout le monde dit inodore et sans saveur, triste, ennuyeux et sans une once d’humour. Aux Antilles, il s’est pourtant montré haut en couleur et d’une chaleur extrême avec les journalistes.Il y a donc eu ses invitations répétées à la baignade, bel esprit de partage. "Elle est pourtant drôlement bonne ! Allez, faut profiter !"Il y a eu également l’épisode de l’avion. Le trajet Pointe-À-Pitre/Fort-de-France, dans l’un des Airbus de la République. Bel esprit de partage là encore : Michel Barnier s’est littéralement jeté sur la presse pour expliquer en long et en large de quelle manière l’action des ministres allait être évaluée. On venait d’apprendre la chose et lui tenait absolument à dire qu’il trouvait l’idée formidable ! D’ailleurs, sans même qu’on le lui demande, il a montré aux journalistes le document stipulant les critères sur lesquels sa politique agricole allait être notée. Trop sympa, le ministre… Non, vraiment, trop sympa…Et puis il y a eu la séquence cocktail au Club Med’ en Guadeloupe quelques heures plus tôt. Sur les télés, tout le monde a vu que François Fillon y avait effectué quelques pas de biguine. Mais ce que l’on a moins vu, c’est que Michel Barnier lui aussi a dansé la biguine et bien mieux que le Premier ministre, de l’avis d’Angèle, la gentille dame en tenue créole qui les a fait se déhancher tous les deux. Elle me l’a dit, Angèle : "Monsieur Fillon, il tourne pas mais monsieur Barnier, il tourne bien, il faut tourner pour la biguine !" Et voilà le ministre en sueur et légèrement débraillé qui fait des confidences : oui, il adore la biguine, mais sa femme un peu moins, c’est dommage, il aimerait tellement danser plus souvent…

La plage privée de l’hôtel, je m’avance dans la mer (je vous jure, la vie, parfois, c’est pas facile - bis) ..."Mais quel cirque il nous aura fait, ce Michel Barnier…" Une brasse… "D’accord, il a raison, l’eau est très bonne, mais bon…" Une brasse… "Sous prétexte que tout le monde dit qu’il sera viré lors d’un prochain remaniement, il fait tout pour séduire la presse…" Une brasse… "C’est déplacé… Totalement inutile et totalement déplacé…" Une brasse… La tête sous l’eau… "Comme s’il lui suffisait d’un ou deux bons articles pour sauver son portefeuille…" Une brasse… Un oursin… "Aïe !" … Une brasse… Un papa oursin… "Aïe !!!"Retour vers la serviette.De toute façon, il était temps de sortir de l’eau. Avec François Fillon, on devait aller visiter un quartier de pauvres.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.