Ce samedi matin, la cathédrale de Nantes a été fortement endommagée par un incendie, dont les premières constatations portent à penser qu'il est d'origine criminelle. Le feu, qui a pris de trois endroits différents à l'aube, était circonscrit aux alentours de 10h samedi, mais l'orgue est entièrement détruit.

Le feu a été circonscrit aux alentours de 10h, mais le grand orgue a été presque complètement détruit
Le feu a été circonscrit aux alentours de 10h, mais le grand orgue a été presque complètement détruit © AFP / SEBASTIEN SALOM-GOMIS

Ce sont des images qui ont de quoi rappeler de douloureux souvenirs, ceux du feu gigantesque qui a causé la destruction de la flèche et d'une partie de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, il y a plus d'un an. Ce samedi matin aux alentours de 7h45, les pompiers de Nantes ont été alertés par "des passants qui voyaient des flammes derrière la rosace" de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, située au cœur de la ville. 

C'est derrière la grande rosace de la cathédrale que les premières flammes ont été aperçues
C'est derrière la grande rosace de la cathédrale que les premières flammes ont été aperçues © Maxppp / Jerome Fouquet / PhotoPQR / Ouest France

Aux alentours de 10h ce samedi, le feu était circonscrit par les quelque 104 pompiers présents sur place. "Nous avons engagé des opérations pour faire des reconnaissances de l'ensemble du bâtiment et pour la protection des œuvres d'art, en liaison avec les autorités de la cathédrale", a précisé lors d'une conférence de presse le Général Laurent Ferlay, qui dirige les opérations des pompiers. Mais les opérations devraient durer toute la journée. "Nous poursuivons les reconnaissances pour être certains qu'il n'y a pas de foyer résiduel", ajoute-t-il. 

La fumée s'échappe de la rosace principale, mais deux autres départs de feu ont été repérés par les pompiers
La fumée s'échappe de la rosace principale, mais deux autres départs de feu ont été repérés par les pompiers © AFP / Sebastien SALOM-GOMIS

Mais contrairement à l'incendie qui a ravagé Notre-Dame, dont l'origine est accidentelle selon les enquêteurs, le Général Ferlay a confirmé "que nous ne sommes pas dans un scénario similaire à Notre-Dame-de-Paris". Le procureur de la République a indiqué que trois départs de feux simultanés avaient été constatés, ce qui pousse à privilégier une piste criminelle. Le parquet a ouvert une enquête pour incendie criminel. 

Samedi en fin de matinée, les pompiers continuent à inspecter la cathédrale pour s'assurer qu'il ne reste pas de foyer résiduel de feu
Samedi en fin de matinée, les pompiers continuent à inspecter la cathédrale pour s'assurer qu'il ne reste pas de foyer résiduel de feu © Maxppp / Jérôme Fouquet / PhotoPQR / Ouest France

L'un de ces départs de feu s'est déclaré au niveau du grand orgue de l'église, qui "semble être entièrement détruit (...). La plateforme sur laquelle il se situe est très instable et menace de s'effondrer", a ajouté le Général Ferlay. Le Premier ministre Jean Castex, accompagné de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, se sont rendus sur place samedi après-midi. Le Premier ministre a annoncé qu'il souhaitait une reconstruction "la plus rapide possible" de l'édifice, ajoutant que "l'État prendra toute sa part" dans cet effort de reconstruction. En parallèle, la Fondation du patrimoine a lancé une collecte de fonds. 

Construite au XVe siècle, la cathédrale avait subi des destructions à deux reprises déjà, pendant la Seconde guerre mondiale puis en 1972 lors d'un premier incendie, dont les conséquences avaient été bien plus dévastatrices, a rappelé samedi matin la maire (PS) de Nantes Johanna Rolland. La cathédrale n'avait alors rouvert qu'en 1985. La charpente avait alors été reconstruite en béton, ce qui a permis à la structure de l'église de mieux résister au feu de ce samedi matin. 

La cathédrale avait rouvert en 1985, après plus de dix ans de travaux suite à un incendie dévastateur en 1972 (photo d'archives)
La cathédrale avait rouvert en 1985, après plus de dix ans de travaux suite à un incendie dévastateur en 1972 (photo d'archives) © AFP / Franck Dubray / PhotoPQR / Ouest France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.