De plus en plus d'adultes, de 20 à 85 ans, vont désormais chez l'orthodontiste pour se faire appareiller et retrouver des dents bien alignées. Pour l'esthétique souvent, mais pas seulement...

Il n'y a pas d'âge pour avoir de belles dent donc pour porter un appareil dentaire
Il n'y a pas d'âge pour avoir de belles dent donc pour porter un appareil dentaire © Maxppp / Frédéric Cirou

Pas de chiffres précis de cette nouvelle mode, mais la profession explique que les adultes constituent désormais 25% de leur patients. Cette évolution des 20 dernières années, favorisée par les progrès de la technique qui est moins lourde et moins handicapante, n'est pas motivée que par l'esthétique, elle améliore aussi la qualité de vie et la santé dentaire.

Il y a quelques années, isabelle s'est lancée dans l'aventure. Elle avait 47 ans à l'époque et "des dents toutes tordues" comme elle dit, mais surtout des problèmes associés à cette mâchoire mal agencée : "Des problèmes de douleurs articulaires et des problèmes de déchaussement des dents. J'avais des migraines et des problèmes au niveau des cervicales."

Le traitement d'Isabelle a duré deux ans : des bagues en haut, des bagues en bas assumées sans trop de difficulté pour un résultat qui l'enchante chaque jour devant le miroir : "Je suis aujourd'hui très fière de mon sourire. J'ai maintenant un visage mieux dessiné ; ça m'a permis de gagner quelques petites années."

La plupart des patients sont des femmes, des hommes jeunes, aussi, en recherche d'emploi pour qui des dents en mauvais état constituent un handicap social. 

L'esthétique est une motivation forcément, mais pas la seule car en rétablissant l'alignement de la mâchoire, on soigne la bouche et ses fonctions explique Philippe Karifa, il est orthodontiste : "Ça vous permet à la fois de rétablir des fonctions comme la respiration, comme la mastication, ça permet de pouvoir se brosser les dents correctement, d'avoir des gencives de bonne qualité et des dents non cariées."

Les traitements durent d'un à deux ans et demie. Pour plus de discrétion, les bagues peuvent être placées derrière les dents de façon à être invisibles. Mais cette technique est un peu plus chère. 

Le coût du traitement, de 3 à 5000 euros, peut constituer un frein évidemment, d'autant que pour les adultes, rien n'est pris en charge par la Sécurité sociale. Certaines mutuelles commencent seulement à proposer d'en assumer une partie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.