Nénuphar ou nénufar rose
Nénuphar ou nénufar rose © CC Eral

Une réforme facultative de l'orthographe actée par l'Académie française il y a 26 ans, mais passée largement inaperçue, créé une polémique sur les réseaux sociaux, à l'occasion de sa prochaine généralisation dans des manuels de primaire.

Pourquoi le web s’est-il enflammé depuis 24 heures à propos de cette réforme de l’orthographe que tout le monde avait oublié depuis 190 ? Les Décodeurs du Monde ont cherché et trouvé la réponse : un article publié par le site de TF1, mercredi 3 février, qui prévient de l'application, cette année, d'une réforme en 1990. C'est il y a 26 ans en effet que le Conseil supérieur de la langue française a adopté les nouvelles règles, approuvées alors par l'Académie française, après moult débats passionnés et oubliés ensuite. Des règles que l'on peut, ou pas, appliquer. Ce sont en fait les éditeurs de manuels scolaires qui ont décidé de tous appliquer la réforme à la rentrée au lieu de proposer, pour certains seulement, les deux graphies autorisées.

Une vieille réforme qui aura en tout cas provoqué de vigoureuses polémiques sur les réseaux sociaux au point de convaincre Najat Vallaud-Belkacem de twitter que tout celà est "une polémique absurde" et le Ministère de préciser que la ministre n'a lancé aucune réforme de l'orthographe, contrairement à ce qui pouvait se dire sur Twitter, où le hashtag # était le plus utilisé de la journée, suivi de près par #.

Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes (CSP) a expliqué que les mots dont on dénonce la nouvelle graphie, font en fait partie de "l'orthographe officielle de la République depuis plus de 25 ans. Ce qui est surprenant ce que l'on s'en surprenne" :

L'Académie française a fait un travail très précis. Il y avait des anomalies orthographiques liées à des évolutions historiques un peu étranges, donc l'Académie avait vraiment veillé à ce que ces modifications soient compréhensibles, ce n'était absolument pas un bouleversement, plutôt du toilettage. On peut écrire nénuphar comme on le veut, mais il faut considérer que l'écrire avec un f n'est pas une faute d'orthographe.

Les mots ne changent pas d'orthographe. Les deux orthographes existantes continuent d'être correctes

Oignon peut également s'écrire ognon depuis 1990 comme nénuphar qui s'orthographie également nénufar. Faites le test, votre correcteur Word ne pipe pas mot que vous écriviez le nom de la plante avec "ph" ou "f".

Il en va de même pour les accents circonflexes qui n'ont jamais disparu. Obligatoires sur les "a" et les "o" et sur certains verbes, ils sont facultatifs sur les "i" et les "u" sauf s'ils évitent une confusion de sens.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.