Qu'arrive-t-il aux piafs de Paris qui semblent déserter la capitale

Les moineaux désertent la capitale
Les moineaux désertent la capitale © CC Frédéric BISSON

Les moineaux quittent Paris, comme ils se sont déjà évaporés de Londres et d'un certain nombre de capitales européennes, aussi bien au sud qu'au nord.

Le CORIF, centre ornithologique d’Île de France, et la LPO, la Ligue de Protection des oiseaux, comptent les moineaux depuis une bonne douzaine d'années. Et depuis 2010, ils constatent que c'est un peu l'hécatombe. Population estimée à 43.000 couples en 1962 et à moins de 10.000 aujourd'hui.

Les causes sont multiples et les chats ne sont pas, de loin, les seuls responsables. L'une des principales raisons de leur disparition concerne leur habitat

La rénovation des quartiers - comme celle du XIe - nuit à l'habitat des moineaux

Car les moineaux doivent trouver un endroit où faire leur nid et trouver de la nourriture. Ils font leur nid de préférence dans des trous, forcément dans des trous de bâtiments puisqu’ils sont en ville, mais la rénovation des bâtiments bouche les trous. Paris ne compte presque plus de friches, explique Frédéric Malher, le président du CORIF.

Autre explication à cette raréfaction du moineau, l’apparition de l’épervier dans la capitale. Un prédateur redoutable, notamment pour les plus jeunes représentants de l'espèce.

Si le piaillement des moineaux vous manque, n'hésitez pas à cliquer...

Les moineaux que les parisiens appellent "piaf"
Les moineaux que les parisiens appellent "piaf" © CC BY-SA 3.0
Mots-clés :