Les buralistes protestent contre l'instauration du paquet neutre
Les buralistes protestent contre l'instauration du paquet neutre © reuters

Alors que la mesure doit être à nouveau examinée ce lundi par les députés, après la fronde des buralistes qui demandaient sa suppression et le recul du Sénat, les associations anti-tabac se mobilisent pour rappeler les ravages du tabagisme.

Supprimée par le Sénat, la voilà revenue par la grande porte de l’Assemblée. Ce lundi, les députés examinent à nouveau la mise en place du paquet neutre, pris entre le marteau des buralistes et l’enclume des associations anti-tabac.

Le Sénat avait supprimé l’amendement

En première lecture, première lecture, les députés avait suivi le gouvernement en adoptant la mise en place du paquet neutre dès mai 2016, qui supprimer logo et typographie des marques sur des paquets de même forme et de même taille. Dans la foulée, le Sénat avait supprimé l’amendement. Le retour du texte à l’Assemblée a enflammé l’ire de l’industrie du tabac et des buralistes, lesquels sont descendus dans la rue par millier pour exprimer leur colère. Ce sont les associations anti-tabac qui ont plus récemment entendu donner le « la » dès la semaine dernière en organisant la riposte. Ainsi, mercredi, une quarantaine d'organismes et d'associations impliqués dans la lutte contre le tabagisme ont lancé un appel aux parlementaires pour leur demander de voter en faveur du paquet de cigarettes neutre.

Le tabac tue prématurément 78.000 personnes par an

"Au nom des victimes du tabagisme et au nom des enfants qu'il faut protéger contre les ravages de cette addiction, nous vous demandons instamment de voter lors de la discussion à l'Assemblée nationale en faveur de toutes les mesures du Programme national de réduction du tabagisme et particulièrement pour le paquet neutre", écrivent les signataires dans une tribune publiée sur le site internet du Figaro. Ils rappellent notamment que la consommation de tabac tue prématurément 78.000 personnes par an, soit plus de 200 décès par jour.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.