Quelque 6.000 spécialistes du sida se réunissent à Paris à partir de dimanche et jusqu'à mercredi pour faire le point sur les avancées de la recherche

Des experts du monde entier à Paris pour une conférence de première importance sur le Sida
Des experts du monde entier à Paris pour une conférence de première importance sur le Sida © Reuters / Jean-Paul Pelissier

Alors que les derniers chiffres de ONUSIDA montrent que 53% des personnes séropositives sont désormais sous traitement, soit près de 20 millions, ce congrès à Paris va faire le point sur la façon d'améliorer ces traitements, car on ne guérit toujours pas de cette maladie, même si l'on vit mieux avec. Le spécialistes vont également débattre de la manière d'alléger la prise de ces traitements, de la prévention car en 2016, 1,8 million de nouvelles contaminations ont eu lieu (en 2016, le sida a tué 1 million de personnes), et sur la recherche vaccinale, car la mise au point d'un vaccin est très difficile mais cette piste est loin d'être abandonnée.

Prévenir, traiter de mieux en mieux et un jour guérir, ce sont les objectifs de la recherche

Prévenir : en dehors des outils toujours de mise, comme le préservatif, cela passe, pour des populations à risque, par ce qu'on appelle PrEP, ou prophylaxie pré-exposition, c'est à dire l'usage de médicaments avant un éventuel rapport sexuel à risque non protégé pour bloquer une possible transmission. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande PrEP, depuis deux ans, déjà efficace dans les pays du nord. Lors de ce congrès il va être démontré que son usage est possible aussi également dans les pays les plus démunis.

Traiter : en empruntant d'autres pistes et là les recherches se rejoignent entre sida et cancer, avec l'immunothérapie - les cellules résiduelles qui contiennent du VIH et les cellules cancéreuses sont en effet assez proches. Traiter aussi en allégeant les prises avec des patchs pour remplacer les médicaments ou des injections espacées.

Vacciner : la piste n'est pas abandonnée. un essai important sur plus de 5 000 personnes a ainsi débuté l'hiver dernier en Afrique du Sud.

Alors pour tout cela il faut des moyens évidemment. Lors de cette conférence, sera donc lancé l'appel de Paris, car des menaces financières pèsent sur la recherche américaine, en particulier depuis la présidence Trump. A la France d'exercer un rôle de leader à l'échelle mondiale.

La sida dans le monde
La sida dans le monde © AFP / Simon MALFATTO, Paz PIZARRO
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.