Depuis plusieurs jours, les habitants de certaines grandes villes signalent une eau plus chlorée que d'habitude. Si à Paris, le taux n'a pas été modifié, il a été ajusté dans certaines grandes villes mais sans lien direct avec la lutte contre le coronavirus.

Quoi qu'il en soit, la présence de chlore dans l'eau n'est pas dangereuse : ce composant chimique permet simplement de garder l'eau propre durant son transport dans les canalisations.
Quoi qu'il en soit, la présence de chlore dans l'eau n'est pas dangereuse : ce composant chimique permet simplement de garder l'eau propre durant son transport dans les canalisations. © AFP / Hans Lucas / Nicolas Guyonnet

Y'a-t-il plus de chlore dans l'eau du robinet que d'habitude ? C'est ce que semblent avoir remarqué un certain nombre d'utilisateurs dans plusieurs villes de France, signalant un goût prononcé ou une sécheresse de la peau après la douche ou le lavage des mains. Dans les faits, aucune consigne nationale n'a été donnée aux entreprise de gestion et de distribution d'eau potable. Mais dans certaines grandes villes, à la demande des Agences régionales de santé, le taux de chloration a été légèrement augmenté par mesure de précaution, pour éviter tout problème microbiologique. 

À quoi sert le chlore dans le traitement de l'eau ?

La présence de chlore de l'eau n'a qu'un rapport indirect avec le coronavirus. Ce désinfectant permet notamment de maintenir la qualité de l'eau potable pendant sa distribution. En général, les traitements de l'eau reposent sur le principe de traitements successifs permettant d’éliminer tous les virus et microbes : l’ozonation, la désinfection UV et la chloration.

"Si le goût de chlore de l’eau peut parfois être désagréable, il n’est pas un signe inquiétant et cela n’est pas dangereux pour la santé", assure Eau de Paris dans un communiqué.  

Pourquoi l'eau peut-elle avoir ce goût ?

"Quand l'économie est à l'arrêt, qu'il y a des flux migratoires comme ça a été le cas au début du confinement, il est possible que les temps de séjour de l'eau dans les canalisations soient plus longs, pouvant ainsi nécessiter un ajustement à la marge du taux de chlore qui peut donc donner une différence de goût", détaille à France Inter Tristan Mathieu, délégué général de la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau (FP2E)

Dans l'agglomération de Tours, la consommation d'eau potable a baissé de 15% depuis le début du confinement, en raison de la fermeture des écoles, des gymnases, des piscines et de l'arrêt d'entreprises et d'industries rapporte France Bleu. Soit 10 000 m3 en moins chaque jour, "comme en plein mois d'août". 

Certaines villes expliquent aussi que l'utilisation plus intense du réseau d'eau dans certains quartiers provoquent un plus grand renouvellement de l'eau et apportent ainsi au robinet une eau en provenance des usines qui peut être plus "fraîchement chlorée". 

Que faire pour que le mauvais goût disparaisse ? 

Pour faire disparaître cet éventuel goût désagréable, plusieurs collectivités conseillent de laisser un peu couler l'eau avant de la consommer et d'avoir une carafe d'eau d'avance au réfrigérateur. L'odeur de chlore disparaît en effet au bout d'une heure.

Qu'en est-il ville par ville ? 

  • Paris : "Pas de modification du traitement"

À Paris, les traitements au chlore n'ont pas été modifiés en raison de l'épidémie de Covid-19, assure la régie Eau de Paris qui est en charge du captage, du traitement et de la distribution d'eau potable dans la capitale. 

"L’eau du robinet contient la quantité habituelle de chlore, conforme aux normes prévues par la législation, représentant l’équivalent de 0,1 mg/l au robinet", indique un communiqué. Si certains utilisateurs ont signalé un changement de gout de l'eau, Eau de Paris a indiqué qu'elle réaliserait des prélèvements l'analyser.  

  • Lyon : "Éviter tout risque"

Dans la le Rhône, le magazine local Lyon capitale affirme que l'Agence régionale de Santé a demandé à la métropole "de renforcer la dose de chlore par m3 d'eau pour éviter tout risque". Dans la métropole lyonnaise, "la consommation d'eau a diminué de 8% depuis le confinement" et "l'eau stagne un peu plus dans les canalisations", raison de cette mesure. 

  • Strasbourg : le taux de chloration "légèrement relevé"

Dans la capitale alsacienne, la métropole explique à l'AFP que l'Agence régionale de Santé (ARS) lui a demandé "de relever légèrement le taux de chloration, à hauteur de 0,3 et 0,5 mg/l en sortie de station de production d'eau" afin "de conserver une eau de bonne qualité microbiologique". La différence ne se fait ressentir que "pour quelques communes de l'Eurométropole où la chloration n'était pas appliquée" jusqu'à présent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.