Les gestes barrières déployés pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 semblent montrer toute leur efficacité pour faire reculer la circulation des autres virus.

Dans les cabinets des médecins généralistes, hormis les cas Covid, c'est le calme plat
Dans les cabinets des médecins généralistes, hormis les cas Covid, c'est le calme plat © AFP / Veronique Popinet / Hans Lucas

Pas l'ombre d'une grippe en France depuis 4 mois. Et même si quelques gastro-entérites semblent faire leur retour depuis une à deux semaines, leur nombre reste très marginal comparé aux années précédentes. Mais que se passe-t-il donc ? À croire que la Covid-19 écrase tout le reste. À moins que les gestes barrières montrent ici toute leur efficacité.

En dehors du coronavirus, calme plat dans les cabinets médicaux

On avait observé la même chose l'été dernier dans l'hémisphère Sud. En France, les généralistes le confirment  : hormis les cas Covid, leur quotidien consiste à s'occuper des patients âgés et de leurs maladies chroniques. Calme plat pour le reste. Certains cabinets disent même avoir perdu jusqu'à 30% de leur activité habituelle.

Alors, bien sûr, nous sortons et voyageons moins. S'il y a moins de gastro-entérites, c'est sans doute grâce au lavage des mains, plus systématique, estime le Dr. Jean-Claude Manuguerra, pour qui port du masque, distanciation sociale et usage du gel hydroalcoolique sont aussi des freins puissants à la circulation des virus. 

Le virologue évoque d'ailleurs la pandémie grippale de 2009. "Quand le H1N1 pandémique est arrivé, on a vu une diminution de la circulation des autres virus respiratoires, et même des virus des gastro-entérites parce qu'on avait préconisé l'usage de gel hydroalcoolique. Il y avait un effet sur les autres virus".

Petite exception toutefois, les rhinovirus, à l'origine de rhumes continuent de circuler. 

"Ce sont de tout petits virus, résistants dans le milieu extérieur, ce qui peut expliquer qu'empêcher leur transmission soit plus difficile".

Mystère grippal

Pour le spécialiste, le nombre plus important de personnes vaccinées contre la grippe cette année ne peut pas à lui seul expliquer l'absence de cette pathologie depuis 4 mois. S'il y a des années à grippe, comme l'hiver dernier, il y a aussi des années sans, comme lors de l'hiver 2001. Et ce sans qu'on sache encore très bien l'expliquer. On essayera donc de comprendre a postériori ce qui reste pour l'instant un mystère.