Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne © CC Camille Stromboni

Le syndicat étudiant publie un rapport ce mercredi, qui montre que les trois quarts des universités françaises appliquent une "sélection illégale". Résultat : des milliers de bacheliers se voient refuser l'accès à la formation qu'ils ont choisie.

Les budgets des universités sont en baisse et le nombre de nouveaux étudiants en hausse constante. Ils sont 10.000 de plus chaque année, mais les univesrités, elles réduisent leur capacité d'accueil. Elles ne peuvent plus admettre dans leurs amphis tous les futurs étudiants qui le demandent et effectuent donc des "sélections", sur dossier, sur entretien ou par tirage au sort. Or ces sélections sont illégales.

Trois quarts des universités concernés

Un tiers des filières universitaires ne peuvent pas répondre aux demandes, explique cette enquête de l'Unef (Union nationale des étudiants de France). Les exemples ne manquent pas : l'université de Besançon accueillera 10% d'étudiants en moins en 2015-2016 ; à Limoges, la filière Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) ne prévoit que 80 places contre 130 l'an dernier.

Au total, l'Unef recense 334 formations qui imposent une sélection, réparties sur 54 universités. En tête de cette pratique, les universités de Paris 4 (46 formations), Paris 1 (23 formations) et Cergy (22 formations).

L'organisation demande notamment aux pouvoirs publics de garantir à tous les bacheliers une inscription dans la licence de leur choix et une "augmentation conséquente du budget de l'enseignement supérieur" pour 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.