Mgr Philippe Barbarin au Vatican, en 2014
Mgr Philippe Barbarin au Vatican, en 2014 © MaxPPP / EIDON/MAXPPP

Dans un entretien accordé au journal La Croix ce mardi, le souverain pontife prend la défense du cardinal Barbarin, mis en cause pour n'avoir pas dénoncé des faits de pédophilie dans son diocèse de Lyon.

Une démission du cardinal Barbarin serait "un contre-sens, une imprudence" . Cela équivaudrait à se déclarer "coupable ". Voilà ce que pense le pape François, interrogé par le journalLa Croix sur les affaires de pédophilie qui frappent le diocèse lyonnais.

Cette prise de parole directe du souverain pontife sur ce dossier est une première. Elle est aussi un soutien de taille pour le cardinal, fragilisé depuis plusieurs mois par la polémique.

Le cardinal ? "Un courageux, un créatif"

En mars, une enquête préliminaire est ouverte par le Parquet de Lyon pour "non-dénonciation de crime", dans la foulée de l'affaire Bernard Preynat. Ce prêtre du roannais, mis en examen deux mois plus tôt, est poursuivi pour des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts, entre 1986 et 1991.

Monseigneur Philippe Barbarin assure n'avoir "jamais couvert le moindre acte de pédophilie" , mais plusieurs victimes du prêtre réunies en association dénonçent une "omerta".

Dans ce dossier pourtant, le pape François estime que "le cardinal a pris les mesures qui s'imposaient" et qu'il a "bien pris les choses en main ". Pour le chef de l'Eglise catholique, Mgr Barbarin est "un courageux, un créatif. Un missionnaire".

Tolérance zéro

Le pape estime par ailleurs qu'il ne peut y avoir dans ces dossiers une quelconque prescription. "La tolérance doit être de zéro" , assure-t-il, reprenant le credo de Benoit XVI. Et François de renvoyer cette affaire à la justice : "On verra après les conclusions du proçès" .

Une désillusion, pour les victimes du père Preynat. Même si le pape semble à présent partiellement au courant de l'affaire, "il reste beaucoup à faire ", estime Alexandre Dussot, le co-fondateur de l'association "La parole libérée".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.