Pères en colère
Pères en colère © Max PPP

Habituellement, on les voit plutôt monter sur une grue. Aujourd'hui, il descendent dans la rue. Les pères en colère multiplient les actions ces derniers mois: perchés sur des grue, dans des cathédrales ou cheminées d'usine, ils réclament la garde de leurs enfants, perdues après une séparation.

Ce dimanche, le Collectif pour la coparentalité (CopCo) organise une "marche des pères". Ils espèrent ainsi rassembler plusieurs centaines de personnes pour faire de la garde alternée la solution par défaut en cas de séparation d'un couple.

Julie Pietri a rencontré l'un de ces pères en colère: Philippe, cheminot de 50 ans

Le cortège doit relier Montparnasse au ministère de la Famille, à Paris. La garde des enfants est accordée à la mère dans 72% des divorces, tandis que la résidence alternée représente 20%, selon des chiffres de la Chancellerie datant de 2010.

Mais la grande majorité des cas se règlent de façon consensuelle. Selon une étude de 2007, seuls 2% des divorces et 6% des séparations se soldent par un désaccord sur la résidence des enfants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.