Depuis 12 ans, Edouard Zambeaux donne la parole à ceux qui vivent à la périphérie des villes. Pour la 500è, nous vous proposons une rétrospective subjective et thématisée.

Enfants sur scène
Enfants sur scène © Getty

Quelque soit leur situation les hommes et les femmes ont besoin d’accéder à la culture. Elle émancipe, elle transforme elle permet d’oublier et de s’évader.

Que ce soit les grands précaires oubliés dans leur misère et parfois leur folie, que ce soit les enfants d’un centre d’hébergement d’urgence ou les habitantes d’un quartier populaire les freins vers l’accès à la culture sont nombreux. Qu’ils soient matériels ou symboliques. La culture peut parfois paraître un luxe, un superflu alors qu’elle est indispensable.

A travers trois initiatives :

  • une série de concert par des pianistes virtuoses donnée au centre d’accueil de Nanterre qui recueille les SDF « récupérés » par les policiers de la brigade d’assistance aux personnes sans abri.
  • un atelier de chant dispensé dans un centre d’hébergement d’urgence pour les familles de l’association Aurore ou se pressent plus de 70 enfants.
  • un programme de représentations théâtrales organisées à domicile dans une des cité les plus précarisée de Sevran.

Périphéries s’est arrêtée au cours de ces années sur de nombreuses tentatives menées pour faire tomber les frontières qui bloquent l’accès à la culture pour certains.

Pour aller + loin

Périphéries, chaque vendredi à 18h40
► Abonnez-vous au fil de podcast de l'émission

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.