Des milliers de "gilets jaunes" devraient déferler sur les routes de France ce samedi, contre la hausse des prix des carburants. Le mouvement s'organise sur les réseaux sociaux, Facebook en tête. Voilà où les groupes Facebook rassemblent le plus de monde.

Des milliers de "gilets jaunes" devraient être sur les routes de France ce samedi.
Des milliers de "gilets jaunes" devraient être sur les routes de France ce samedi. © Maxppp / FRED DOUCHET

La carte de France recouverte de gilets jaunes : c'est ce qu'on voit défiler sur les réseaux sociaux, et notamment Facebook, ces derniers jours. Des centaines d'événements sont organisés partout dans l'hexagone ce samedi contre l'augmentation des prix à la pompe. Certains groupes ne comptabilisent qu'une dizaine de membres, quand d'autres rassemblent des milliers d'internautes.

Beaucoup d'inscrits à Paris, Perpignan et Bordeaux

Difficile d'affirmer pour le moment où les mobilisations des "gilets jaunes" seront les plus importantes. Les groupes sur Facebook sont très nombreux, parfois privés. On ne peut pas non plus certifier que les personnes inscrites aux événements ou intéressées vont bel et bien battre le pavé ce samedi.

Mais, si l'on fait le tour des groupes Facebook, on se rend vite compte que certaines manifestations sont très suivies, notamment sur le périphérique parisien où plus de 250 000 automobilistes sont inscrits, ou encore dans les Pyrénées-Orientales où près de 78 000 personnes déclarent être mobilisées.

C'est le cas également à Bordeaux (38 026 participants et intéressés), en Alsace (26 173 membres), à Toulouse (13 617) ou encore à Antibes (12 462) et dans les Hauts-de-France (12 550). 

Les sociétés d'autoroute appellent à reporter les déplacements

Des sociétés concessionnaires d'autoroutes demandent ce vendredi à leurs clients d'éviter de se déplacer. "La multiplicité des points de rassemblement annoncés, notamment au niveau des accès autoroutiers proches des grandes villes (Caen, Rouen, Amiens, Arras, Reims, Metz...), pourrait générer d'importantes difficultés de circulation sur nos axes", indique le groupe Sanef dans un communiqué.

Le discours est le même du côté de son concurrent, Vinci Autoroutes. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.