la caserne de Joffre
la caserne de Joffre © MaxPPP/Thierry Grillet.jpg

L’enquête sur la disparition de Marie-Josée Benitez et sa fille Allison à Perpignan a pris un virage important aujourd’hui avec la révélation de la possible responsabilité de Francisco Benitez dans la disparition de la femme qui était sa campagne ou sa maitresse en 2004 et qui avait disparu –elle aussi- du jour au lendemain le soir du 29 novembre 2004.

A l'époque, Francisco Benitez n'aurait pas spontanément signalé la disparition de Simone de Oliveira Alves, unejeune femme d'origine brésilienne. Ensuite interrogé par les policiers, il leur aurait expliqué quela disparue et lui s'étaient disputés, qu'elle avait pris ses affaires et qu'elle lui avait envoyé ensuite un texto pour lui signifier qu'elle ne reviendrait pas . La disparue n'a jamais été retrouvée depuis.

Francisco Benitez, à l'époque affecté à la Légion à Nîmes, avait entendu comme témoin et finalement pas inquiété.

Francisco Benitez s’est suicidé lundi après avoir clamé son innocence dans ses derniers messages vidéo et épistolaire. "Allison, c'est ma vie", proclamait-il.

Mais selon le procureur adjoint Luc-André Lenormand, un "faisceau d'indices et de présomptions faisait de Francisco Benitez un "témoin capital", pour ne pas dire un coupable idéal."

Les explications d'Elisabeth Badinier

Engagé dans la Légion en 1986, Francisco Benitez avait participé à de nombreuses opérations extérieures dans le Golfe, en Afrique ou en ex-Yougoslavie. Il avait eu différentes affectations en France avant de prendre son poste à Perpignan le 1er janvier 2010. Depuis, il dirigeait là le Poste d'information de la Légion, une fin de carrière sédentaire mais honorifique, les fonctions de recruteur au sein de ce prestigieux corps d'armée étant traditionnellement dévolues à des militaires dont l'autorité auprès des aspirants légionnaires se nourrit d'états de service prestigieux. Il avait décoré de la Croix de guerre et la Médaille militaire.

Une cellule spéciale mobilise toujours une trentaine d'enquêteurs de la police judiciaire, saisie dans le cadre d'une information pour recherche des causes de la disparition des deux femmes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.