Christophe Castaner a confirmé ce vendredi sur France Inter l'objectif du gouvernement de supprimer totalement la taxe d'habitation, un impôt injuste mais dont les recettes sont essentielles pour les communes.

Supprimer la taxe d'habitation sera compliqué si les communes ne bénéficient pas d'un nouvel impôt en compensation (photo d'illustration).
Supprimer la taxe d'habitation sera compliqué si les communes ne bénéficient pas d'un nouvel impôt en compensation (photo d'illustration). © AFP / PHILIPPE HUGUEN

C'est un objectif et non un engagement, mais le gouvernement a bien prévu de supprimer totalement la taxe d'habitation. Alors qu'une partie des ménages vont bénéficier d'une réduction d'un tiers du montant en 2018, Christophe Castaner a renchéri sur l'importance de supprimer cet impôt pour tous.

Mais pour y parvenir, le gouvernement va devoir contourner pas mal d'obstacles. Si l'exécutif est bien conscient qu'il ne peut pas demander à 20 % des Français de payer plein pot et aux autres de ne rien payer, l'État doit aussi trouver la manière de faire accepter aux communes qu'à terme, elles ne toucheront plus rien du tout.

Sur le papier, l'AMF, l'association des maires  de France, est d'accord pour dire que la taxe d'habitation est injuste, qu'il faut la supprimer pour tout le monde.  Mais après, on fait quoi ?

Un nouvel impôt ?

Les maires de France proposent deux choses : soit un partage des impôts nationaux, soit la création d'un nouvel impôt sur le revenu, dans lequel les communes pourraient piocher selon leur taille, leur importance, leurs besoins.  

Joint ce matin, Philippe Laurent, maire de Sceaux et secrétaire général de l'AMF veut poursuivre le combat. Réussir à se faire entendre. Sinon, dit-il, "on va se faire ratatiner".

Le maire de Sceaux entend bien éplucher les réserves émises jeudi par le Conseil constitutionnel, voire saisir à nouveau les Sages.

Ce maire qui regrette que la suppression de la taxe d'habitation se soit faite aussi rapidement, alors même que le débat, promis en amont,  n'a aujourd'hui, toujours pas eu lieu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.