Dans la mégapole chinoise, des vents en provenance du désert de Gobi ont aggravé la situation d'une ville déjà très polluée, rendant l'atmosphère irrespirable pour sa population.

Dans le ciel de Pékin, 15 mars 2021
Dans le ciel de Pékin, 15 mars 2021 © Getty / VCG/VCG

Pékin n'avait pas subi de pareille situation depuis de nombreuses années : des vents violents chargés de sable du désert du Gobi, situé entre le nord de la Chine et le sud de la Mongolie, qui ont envahi le ciel de la ville chinoise, obligeant la population à se calfeutrer, alors que les aéroports locaux ont annulé quelque 350 vols prévus. En Mongolie même, six personnes sont mortes des suites de la tempête, alors que 81 autres étaient portées disparues, selon les autorités locales.

La municipalité de Pékin, qui compte plus de 20 millions d'habitants, a suspendu toutes les activités sportives en extérieur dans les établissements scolaires et conseille aux personnes souffrant de problèmes respiratoires de ne pas sortir de chez elles. La tête bien emmitouflée, la plupart des habitants se sont toutefois rendus à leur travail, mais certains se protégeaient derrière des lunettes de protection, craignant pour leur santé.

Une vue aérienne de Pékin : en haut, en temps normal; en bas, lors de l'épisode de pollution du 15 mars 2021
Une vue aérienne de Pékin : en haut, en temps normal; en bas, lors de l'épisode de pollution du 15 mars 2021 © Getty / Cai Yang / XINHUA / Xinhua
Devant le temple du Ciel, l'un des monuments les plus visités de Pékin, 15 mars 2021
Devant le temple du Ciel, l'un des monuments les plus visités de Pékin, 15 mars 2021 © AFP / Peng Ziyang / XINHUA / Xinhua

Des niveaux de particules 20 fois supérieurs aux recommandations de l'OMS

Les bâtiments emblématiques de la ville étaient difficilement visibles, à l'image de la Cité interdite ou encore du siège de la télévision nationale, dont le sommet (234 mètres) disparaissait derrière un voile de brouillard. La qualité de l'air était jugée "dangereuse" par le site spécialisé aqicn.org. 

De rares habitants se risquent dans les rues de Pékin alors que la tempête de sable a aggravé les effets de la pollution dans la ville
De rares habitants se risquent dans les rues de Pékin alors que la tempête de sable a aggravé les effets de la pollution dans la ville © AFP / NICOLAS ASFOURI
Vue aérienne de la Cité Interdite, Pékin, 15 mars 2021
Vue aérienne de la Cité Interdite, Pékin, 15 mars 2021 © AFP / Chen Yehua / XINHUA

En début de matinée, le niveau des particules PM10 était près de vingt fois supérieur aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Celui des particules PM2,5, encore plus nocives, a dépassé 560, un niveau rarement atteint ces dernières années à Pékin.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur le lac Houhai, Pékin, 15V mars 2021
Sur le lac Houhai, Pékin, 15V mars 2021 © AFP / Noel Celis
Buildings dans le quartier des affaires, Pékin, 15 mars 2021
Buildings dans le quartier des affaires, Pékin, 15 mars 2021 © AFP / LEO RAMIREZ
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Malgré la tempête de sable, de nombreux habitants n'ont pas renoncé à se rendre à leur travail, y compris à vélo
Malgré la tempête de sable, de nombreux habitants n'ont pas renoncé à se rendre à leur travail, y compris à vélo © AFP / Noel Celis
Une cycliste dans la tempête de sable, Pékin, 15 mars 2020
Une cycliste dans la tempête de sable, Pékin, 15 mars 2020 © AFP / Noel Celis