Pierre Bergé s'est engagé dès le début des années 1980, dans la lutte contre le Sida.

Pierre Bergé avec Line Renaud en 2014
Pierre Bergé avec Line Renaud en 2014 © AFP / Bertrand GUAY

Il a présidait dans un premier temps l'association Arcat Sida. Puis en 1994, il créé avec Line Renaud l'association Ensemble contre le SIDA qui deviendra Sidaction. Il en devient le président en 1996. Une partie du résultat de la vente de la collection d’œuvres d'art Yves Saint Laurent - Pierre Bergé , soit 375 millions d'euros, est allé à la recherche contre le SIDA. L''homme d'affaire a également créé en 2009 le Fonds de dotation Pierre-Bergé avec deux millions d’euros par an pendant 5 ans. Pierre Bergé a soutenu par ailleurs des associations comme Act’up Paris notamment au moment de ses difficultés financières et SOS Racisme.

Lire Pierre Bergé est mort

"Sous la bannière de Sidaction, c'est tous ensemble que nous repartons au combat. Un combat d'abord contre la résignation. "Quand on voit la misère et la douleur qu'elle apporte, il faut être fou, aveugle ou lâche pour se résigner à la peste", s'indignait le Dr Rieux, dans La Peste d'Albert Camus. Être fou, aveugle ou lâche, n'est-ce pas aussi ce qu'il faut être pour se résigner au Sida, alors que ce fléau concerne 40 millions de personnes dans le monde ? Pour accepter que le virus contamine 14 000 adultes et enfants par jour ? Pour constater, une fois encore, qu'en un an, la vie de 3 millions de personnes a été fauchée ? Enfin pour tolérer que seuls 800 000 malades aient accès aux trithérapies ?"

C’est par ces mots sur le site de sa fondation que Pierre Bergé accueille le visiteur.

A l’annonce de sa mort, Florence Thune, directrice générale du Sidaction, rend hommage à son énergie et sa volonté dans la luttre contre le sida.« Infatigable combattant de la première heure, il a, inlassablement, toujours rappelé, martelé, que la lutte contre le sida était une lutte éminemment politique. Inflexible, il a toujours défendu la liberté de s’aimer tel que l’on est, et a défendu les droits des minorités, des personnes homosexuelles, des travailleuses du sexe, des usagers de drogue et de toutes les personnes vivant avec le VIH. Il ne cessait non plus de s’engager pour l’Afrique, parlant sans relâche des combats menés par l’association dans de nombreux pays, au Burundi notamment. …Il était là pour nous pousser dans nos retranchements, pour nous encourager, et surtout pour nous inspirer....Avec lui, et sous son impulsion, Sidaction a mené, mène et mènera encore un combat contre le sida, mais aussi, comme il le revendiquait à chaque prise de parole, un combat pour les droits des personnes les plus exclues, les plus stigmatisées. Un combat en France et au-delà de nos frontières pour lutter contre les discriminations, pour que chacun ait le droit de vivre sa vie, libre et digne. Parce qu’il avait compris que sans cela, le VIH ne sera jamais vaincu ».

Agacements et coups de gueule

En 2014 sur le plateau de tf1, Pierre Bergé s'agaçait de voir le présentateur Gilles Bouleau suggérait qu'on ne mourait plus du Sida désormais. "Non, non je vous arrête. Comment on n’en meurt pas ? - Gilles Bouleau : Dans les pays riches, où on peut se soigner... - Pierre Bergé : Dans les pays riches, on en meurt !"

En 2009 il dénonçait leTéléthon : "Le Téléthon parasite la générosité des Français de manière populiste".

En tant que président du Sidaction et avec Line Renaud, vice-présidente ils demandaient au Téléthon de partager les ressources que l'AFM mettaient en réserve.

Un combat pour la cause homosexuelle

Christophe Martet, ancien président d'Act-up de 1994 à 1996, estime que Pierre Bergé, avait "fait le job" pour la cause homosexuelle et que sans être "un précurseur",(...) il avait "apporté son argent, son carnet d'adresses".

Christophe Martet a travaillé sous ses ordres au magazine Têtu ( mensuel gay créé en 1995 ). Il se souvient d'un homme qui avait "des idées sur tout. Il voulait intervenir sur tout. C'était quelqu'un qui aimait bien tout contrôler" mais "porter à bout de bras Têtu qui perdait des centaines milliers d'euros par an, il l'a fait pendant presque 20 ans", a-t-il salué. "On avait besoin de Têtu pour porter les combats de la communauté LGBT. Il faut le remercier pour ça (...) Il a fait le job !", a-t-il ajouté.

"Pierre Bergé évidement était ouvertement gay. Sa relation avec Yves Saint Laurent était de notoriété publique et c'était très fort parce qu'on avait besoin que des personnalités puissent le dire simplement et sans détour", a-t-il expliqué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.