[scald=109183:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn va porter plainte pour violation du secret de l'instruction après la publication par Le Monde d'extraits de procès-verbaux des auditions dans l'affaire du Carlton de Lille, annoncent ses avocats.

Le quotidien publie dans son édition datée de jeudi des récits de prostituées et des extraits de textos présentés comme accablants envers l'ancien patron du Fonds monétaire international, mis en examen lundi pour proxénétisme aggravé.

Les suites de l'affaire du Carlton de Lille interviennent alors que débutent les audiences au civil mercredi dans l'affaire Nafissatou Diallo devant un tribunal de New York.

L'ancien directeur général du FMI et la femme de chambre du Sofitel de Manhattan qui l'accuse d'agression sexuelle seront représentés par leurs avocats.

Dans l'affaire du Carlton, ses avocats français contestent la validité juridique de la mise en examen de l'ancien ministre socialiste, désormais passible de 20 ans de réclusion criminelle après un éventuel procès en cour d'assises et jugent les infractions "inexistantes."

Selon des extraits de procès-verbaux d'interrogatoires d'escort-girls et le contenu de textos, Dominique Strauss-Kahn aurait joué "un rôle central" dans l'organisation de parties échangistes, assure Le Monde.

Dominique Strauss-Kahn souligne que ces éléments "censés rapporter les éléments les plus 'accablants' à son encontre", n'établissent pas "le moindre début de commencement d'indice d'un quelconque délit", écrivent ses avocats dans un communiqué.

Selon eux, il ne peut s'agir "d'éclairer les lecteurs sur la commission d'un éventuel délit mais plutôt de s'acharner toujours davantage à salir M. Strauss-Kahn d'une manière si partisane qu'elle en devient insupportable."

Henri Leclerc, Frédérique Baulieu et Richard Malka soulignent que les droits de leur client sont violés alors même qu'il lui est interdit, dans le cadre de son contrôle judiciaire, de s'exprimer dans la presse.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.