C'est maintenant sûr, le masque sera obligatoire dans les entreprises dès la rentrée. Mais il reste encore de nombreux endroits où des interrogations persistent : doit-on porter un masque à la fac ? Sur les plateaux télé ? Au cinéma ? À la salle de sport ? Dans la rue ? Masqué un peu, beaucoup, jamais... On récapitule.

Désormais, le port du masque est obligatoire de façon totale ou partielle dans plus d'un tiers des villes de France
Désormais, le port du masque est obligatoire de façon totale ou partielle dans plus d'un tiers des villes de France © AFP / Estelle Ruiz / Hans Lucas

Alors, masque obligatoire ou pas ? Dans la vie quotidienne, on fréquente des dizaine d'endroits différents... et parfois, savoir si oui ou non le port du masque y est obligatoire est un vrai casse-tête. Écoles, bars, bureaux, magasins, banques, bibliothèques, etc : on vous liste ces lieux où le masque est obligatoire, là où il ne l'est pas... et là où c'est compliqué.

Le masque est bel et bien obligatoire

  • Entreprises

C'est acté depuis ce mardi 18 août, le port du masque sera obligatoire dans toutes les entreprises françaises dès le 1er septembre. Une annonce de la ministre du Travail Élisabeth Borne qui précise que seules les personnes travaillant dans un bureau individuel pourront échapper à cette nouvelle mesure. L'obligation concerne donc tous les open spaces et les bureaux ouverts, mais aussi les salles de réunion et de conférence, les cafétérias, les cantines, les couloirs et autres espaces communs.

  • Transports, gares et aéroports

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun publics pour toutes les personnes âgées de plus de 11 ans, sous peine d'une amende de 135 euros. Il s'agit des trains, métros, RER, bus, tramway, bateaux, avions, taxis et VTC. Les espaces d'attente et d'accès aux véhicules, c'est-à-dire les gares, stations, arrêts et aéroports, sont également soumis au port obligatoire du masque. 

  • Magasins, centres commerciaux et marchés couverts

Depuis le 20 juillet, il est interdit de pénétrer dans les magasins et lieux de vente sans être masqué. Sont concernés, entre autres, les magasins de vêtements, les librairies, les tabacs, les grandes et petites surfaces alimentaire, les boulangeries, poissonneries, boucheries, les laveries et les pharmacies. Les centres commerciaux et les marchés couverts le sont également. 

  • Établissements de culte, musées, bibliothèques et centres de documentation

Le port du masque obligatoire s'adresse à toutes les personnes de plus de 11 ans dans tous les musées, les bibliothèques et les centres de documentation, ainsi que dans tous les lieux de culte en France. Dans ce dernier cas, le masque peut être retiré lorsqu'un rite particulier le demande. 

  • Administrations, établissements de santé et banques

Toutes les personnes présentes dans les administrations (mairies, préfectures, caisses primaires d'assurance maladie, caisse d'allocation familiale, etc), dans les banques et dans les hôpitaux, maternités, cliniques, et autres établissements de santé, doivent porter un masque. 

Les policiers nationaux sont également obligés, depuis ce mercredi, de porter un masque "dans tous les espaces de travail clos et partagés" a annoncé le directeur général de la police nationale. Ils y seront également obligés dès lors qu'ils sont en contact avec du public dans l'exercice de leur fonction, ou qu'ils sont plusieurs agents dans les véhicules de service. 

Le masque n'est pas obligatoire

Le port du masque n'est pas obligatoire dehors, dans la rue, les parcs, les jardins et autres espaces verts aménagés. Les plages, plans d'eau, lacs et centres d'activités nautiques n'imposent pas non plus de porter un masque.

Mais des arrêtés municipaux ou préfectoraux peuvent imposer le port du masque dans une ville entière, dans certaines zones extérieures seulement, ou sur les marchés en plein air. Aujourd'hui, le port du masque est obligatoire de façon totale ou partielle dans plus d'un tiers des villes de France

C'est compliqué

  • Les plateaux télévisés et les studios radio

Interrogée ce mardi par BFMTV, la ministre du Travail Élisabeth Borne a évoqué la possibilité que le masque soit obligatoire même sur les plateaux télé. Effet visuel garanti... Après l'annonce du port obligatoire du masque dans les entreprises (y compris dans les bureaux et les open spaces) à partir du 1er septembre, la question se pose effectivement pour ce genre d'endroit. «A priori, on est dans un espace fermé, donc, sans doute, on doit aussi porter le masque», a indiqué la ministre. Une réponse qui vaut pour les plateaux télé et donc pour les studios de radio.

"C’est un lieu de travail, et le même risque d’aérosol existe autant qu’ailleurs. C’est même encore plus vrai lorsque l’on parle ou que l’on chante sur un plateau"

Du côté du cabinet du secrétaire d'État en charge de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, la réponse est un peu plus claire : oui, il faudra porter un masque sur les plateaux télé et dans les studios de radio, affirme une conseillère du cabinet. "C’est un lieu de travail, et le même risque d’aérosol existe autant qu’ailleurs. C’est même encore plus vrai lorsque l’on parle ou que l’on chante sur un plateau», souligne-t-elle.

  • Restaurants, bars et hôtels

Dans les restaurants et les bars, le port du masque est obligatoire, mais pas tout le temps. Les clients sont tenus d'en porter un dès qu'ils sont debout ou se déplacent dans l'établissement (par exemple s'ils vont aux toilettes, s'ils passent une commande ou s'ils paient l'addition). En revanche, s'ils ont une place assise qui respecte la distance d'un mètre avec les autres clients, ils peuvent le retirer. Mais des interrogations demeurent : doit-on avoir un masque si l'on est debout au bar (en train de prendre un café sur le pouce par exemple). Même question pour l'intérieur des toilettes ? Surtout en sachant que le virus se propage dans l'air, est-il sensé de retirer son masque une fois à table ? Le personnel en salle et en cuisine doit quant à lui porter un masque en permanence. En terrasse, le masque n'est pas obligatoire, mais qu'en est-il des cafés et bars situés dans des zones extérieures où le port du masque est obligatoire ? 

Le port du masque est obligatoire dans les hôtels et tous les établissements d’hébergement accueillant au moins 15 personnes, ayant des espaces et des services communs et dont les chambres se louent à la journée, à la semaine ou au mois. Une fois dans leur chambre, les gens peuvent retirer leur masque. Les personnels doivent porter un masquer en permanence. Ces mêmes interrogations se posent pour les hôtels : garder son masque dans les parties communes, oui. Mais faut-il vraiment le retirer dans les espaces de restauration et dans les chambres ?

  • Établissements sportifs et artistiques

Le masque est obligatoire pour tous dans tous les établissements sportifs fermés, c'est-à-dire les salles de sports, les gymnases, les patinoires et les piscines, dans tous les établissements de plein air, c'est-à-dire les hippodromes, terrains de sport, stades, pistes de patinage et piscines en plein air, arènes... et dans tous les établissements à vocation artistique, c'est-à-dire les théâtres, cinémas, salles de spectacles et d'audition, les cirques (ou tous les chapiteaux, tentes et structures) et les centres d'enseignement artistique spécialisés

Dans tous ces lieux, on peut enlever son masque seulement durant la pratique de l'activité sportive ou artistique, on circule donc avec un masque. Même chose s'il s'agit d'une représentation, sportive ou artistique, ou d'une projection (au cinéma) accueillant un public assis. À une distance d'au moins un mètre les uns des autres on peut se passer de son masque. Pourtant, le risque de transmission du virus par aérosols n'est pas moins élevé parce que l'on fait du sport ou du patin à glace, ou bien parce que l'on est assis, plutôt que debout, dans une salle. Mais le Premier ministre Jean Castex a annoncé la prochaine obligation du port du masque dans les cinémas et les théâtres, là où il était seulement imposé si les règles de distanciation sociale ne pouvaient être respectées

  • Écoles maternelles et primaires, crèches et centres de loisirs

Les enfants de moins de 11 ans ne doivent pas porter de masque dans ces lieux, mais toutes les personnes de plus 11 ans (dont les accompagnateurs, parents, etc) pénétrant dans ces établissements y sont contraints.

Les professionnels et personnels des crèches, garderie, jardin d'enfants et écoles maternelles sont obligés de le porter. Ils peuvent l'enlever lorsqu'ils sont au contact des enfants, sauf pour les écoles maternelles. Mais, que se passe-t-il quand ils sont plusieurs professionnels, ou au moins plusieurs adultes, autour des enfants ? Et s'ils sont en grande majorité des porteurs sains, les enfants peuvent attraper le Covid et transmettre le virus, est-il alors judicieux que les adultes puissent ôter leur masque ?

Dans les écoles primaires, les personnels et les professionnels doivent toujours porter un masque. Dans les centres d'accueil pour enfants (centres de loisirs, centres de vacances, etc) aussi, le masque peut être enlevé par les professionnels quand une distance d'un mètre avec les enfants est garantie. Encore une fois, le risque de transmission par l'air ne disparaît pas, même avec un mètre de distance. Il reste à voir comment ces établissements vont s'adapter à la rentrée.

  • Collèges, lycées, établissements d'enseignement supérieur et centres de formation

Les personnels et professionnels de ces établissements doivent porter un masque. Les visiteurs (parents, accompagnateur de plus de 11 ans, etc) doivent porter un masque.

Quant aux élèves de collège, lycée et de l'enseignement supérieur, ils ont l'obligation de porter un masque dans les salles de classes et dans tous les espaces clos, dès lors que les règles de distanciation physique définies ne peuvent être respectées, ainsi qu'à chacun de leur déplacement. Mais qu'est ce que ça veut dire ? Les élèves devront-ils être tout le temps masqués ? 

Ces lieux clos, c'est-à-dire les campus, bibliothèques, amphithéâtres, restaurants universitaires, centres de documentation et d'information scolaires, etc, brassent un grand nombre d'élèves quotidiennement. Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) affirme que le nombre de personnes y sera limité, notamment grâce à des horaires aménagés et à des cours en ligne alternés avec des cours en présentiel. Cela risque d'être difficile pour les établissements de s'organiser et de faire respecter une distance constante d'un mètre entre chaque personne. Tous les étudiants sont donc priés de se munir d'un masque.