Selon une enquête auprès des étudiants, leurs santé s'est dégradée par rapport à ces dix dernières années et les comportements à risques augmentent..

La santé des étudiants se dégrade
La santé des étudiants se dégrade © Maxppp / HOUET MICHEL

La mutuelle étudiante SMEREP publie son étude 2017 Santé des Etudiants & Lycéens . Une nouvelle fois, l'étude fait ressortir l’état de santé précaire des étudiants.

Diffcultés financières = malbouffe

Le budget moyen quotidien pour la nourriture est de 9 euros contre 10 € l’an passé. Mais 38% des étudiants dépensent moins de cinq euros par jour pour se nourrir, chiffre en forte hausse comparé à l’année passée (22%).

Un tiers des étudiants ne font pas attention à ce qu’ils mangent. Et près de 10% des étudiants ont déjà eu des problèmes de tension artérielle ou un taux de cholestérol et/ou taux de glycémie trop élevé.

Stress = manque de sommeil et prise de médicaments

Près d'un quart des étudiants dorment moins de 6 heures par nuit. Ils sont 62% à avoir au moins un problème de sommeil lié au stress. Et près d’un sur 10 est concerné par la prise d’antidépresseurs, d’anxiolytiques ou de médicaments contre le stress. 70% des étudiants ont déjà ressenti un passage à vide

De plus en plus d'alcool et de drogues

30% des étudiants (contre 25% en 2016) ont déjà consommé au moins 1 type de produits psychoactifs (cannabis, cocaïne, amphétamines, héroïne, autre). 83% ont déjà consommé de l’alcool et 38% d’entre eux ont une consommation plus régulière et/ou plus importante par rapport à leurs premières consommations. Plus d’un quart des étudiants sont fumeurs.

Pour Hadrien Le Roux, Président de la SMEREP :

Pour autant, nous déplorons le manque d’implication des pouvoirs publics au moment où tous les acteurs santé ont démontré la nécessité d’accroitre la médecine préventive

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.