Le grand débat de société 2018 sera certainement l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes. Sur ce sujet comme sur d'autres, le Comité consultatif national d'éthique va avoir un calendrier très chargé dès le mois de janvier.

Les sujets bioéthiques, dont la question de l'ouverture de la PMA sans restrictions, seront débattus le long de l'année 2018, mais le projet de loi ne sera sans doute présenté au Parlement qu'en 2019.
Les sujets bioéthiques, dont la question de l'ouverture de la PMA sans restrictions, seront débattus le long de l'année 2018, mais le projet de loi ne sera sans doute présenté au Parlement qu'en 2019. © AFP / DIDIER PALLAGES

Le Comité consultatif national d'éthique ne va pas chômer en 2018. Dès le début de l'année 2018, il lancera les débats autour de l'élargissement de l'ouverture de la PMA, la procréation médicalement assistée, à toutes les femmes, lors d'états généraux qui auront lieu dans toute la France, jusqu'en juin. 

En parallèle travailleront aussi les comités d'éthique des grands organismes de recherche et des académies de sciences et de médecine. Enfin, un site Internet sera également ouvert pour recueillir les avis des citoyens sur le sujet. 

Projet de loi déposé à l'automne mais probablement pas examiné au parlement avant début 2019

Les propositions du comité d'éthique seront ensuite remises au gouvernement qui décidera de ce qui figurera dans un projet de loi. Projet de loi déposé à l'automne mais qui ne sera sans doute pas soumis au parlement avant début 2019. 

Toute une année donc pour parler de sujets qui fâchent avec, en tête : la PMA pour toutes les femmes. Si les personnes qui y sont favorables estiment nécessaire d'établir une équité pour ne plus distinguer les couples hétérosexuels des couples de femmes ou des femmes seules, les anti mettent en avant la déstabilisation de la famille, avec l'espoir de soulever un mouvement aussi important que l'opposition au mariage pour tous. 

Mais s'il s'agit du plus polémique, le sujet de la PMA ne sera toutefois pas le seul à être débattu en 2018. La question de la fin de vie pourrait être rouverte et il sera aussi question de trancher sur des thèmes plus techniques mais non négligeables pour les années à venir, comme les nouvelles techniques génétiques et le stockage des données de santé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.