Il y a un an jour pour jour, les policiers Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été assassinés par Larossi Abballa à leur domicile de Magnanville dans les Yvelines.

Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, les deux policiers tués à leur domicile de Magnanville le 13 juin 2016.
Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, les deux policiers tués à leur domicile de Magnanville le 13 juin 2016. © AFP / Kamil Zihnioglu / POOL / AFP

Une tragédie qui a marqué les esprits au sein des forces de l'ordre.

Le 13 juin 2016, aux alentours de 20h30, alors qu'il rentre à son domicile de Magnanville (Yvelines), le commandant de police du commissariat des Mureaux Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, est tué de plusieurs coups de couteau, juste devant sa porte. A l'intérieur du pavillon, sa compagne, Jessica Schneider, 36 ans, adjointe administrative au commissariat de police de Mantes-la-Jolie a été égorgée, sous les yeux de leur fils de trois ans et demi.

L'auteur de l'acte, Larossi Abballa, est un homme de 25 ans. Il s'est filmé en direct sur Facebook au domicile de ses victimes et appelle au même moment à tuer des policiers, des surveillants de prison et des journalistes. Il est tué vers minuit par les hommes du Raid, qui sauvent l'enfant, indemne mais profondément choqué.

Arrêté en 2011 et condamné en 2013 à trois ans de prison dont six mois avec sursis dans le cadre du procès d'une filière d'acheminement de jihadistes vers le Pakistan, il faisait depuis l'objet d'une surveillance.

L’attaque a été revendiquée peu de temps après par l'organisation terroriste Etat Islamique. Dans le cadre de l'enquête ouverte pour assassinats de personnes dépositaires de l'autorité publique et association de malfaiteurs terroriste criminelle, les magistrats antiterroristes ont placé de nombreuses personnes en garde à vue depuis un an. Mais seuls deux hommes ont été mis en examen. L'un, est depuis janvier dernier, sous contrôle judiciaire. L'autre, Charaf-Din Aberouz, est toujours en détention provisoire. L'enquête a établi de nombreux contacts entre lui et Larossi Abballa, avant les faits et le soir de l'attentat.

De nombreux hommages

Depuis le drame, plusieurs hommages ont eu lieu en France. Jeudi 8 juin, à Verneuil-sur-Seine (Yvelines), des proches du couple ont organisé une course à pied en hommage à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing. Près de 600 personnes se sont rassemblées pour l’événement qui se voulait « positif ». Parmi eux, policiers, gendarmes, mais aussi pompiers et magistrats. Les dossards, payants, servaient à récolter des fonds pour les enfants de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, tous les deux pupilles de la nation.

Le couple a également reçu la décoration de chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume lors d’une cérémonie nationale le 17 juin 2016. Ils le sont devenus officiellement le 3 août 2016, après une publication de la mesure parue dans le Journal officiel.

Une plaque sera dévoilée en hommage à ce couple de policiers, dans la petite ville du sud où ils ont été inhumés, à Pézenas (Hérault). Un hommage qui touche et réconforte le père de Jean-Baptiste Salvaing, Jean-Paul Salvaing. Un an après l'attentat, il ne ressent toujours aucune haine.

Depuis plusieurs années, les policiers font partie des cibles privilégiées des terroristes. Depuis 2012, de nombreuses attaques ont eu lieu, à l'arme blanche comme par balles. Souvent sur des lieux publics, lors de patrouilles, ou devant des commissariats. Mais l'assassinat des policiers à Magnanville résonne différemment. C'est la première fois que des policiers sont attaqués jusque dans l’intimité de leur domicile familial. Le drame, qui s'est produit sous les yeux de leur jeune enfant a profondément bouleversé tous les policiers de France, mais a aussi marqué les magistrats, qui se protègent davantage. Au commissariat des Mureaux, où travaillait Jean-Baptiste Salvaing, quasiment tous les policiers ne quittent plus leur arme, même en dehors de leur service, comme la loi le leur permet désormais.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.