Paris pollution Tour Eiffel
Paris pollution Tour Eiffel © © mattscutt / RooM The Agency /Corbis

Sur les routes d'Ile-de-France, la vitesse maximale a été abaissée de 20 km/h pour faire face au pic de pollution prévu jeudi pour la deuxième journée consécutive. Pour l'instant pas de circulation alternée mais c'est une possibilité, pour Ségolène Royal.

Fin mars, une journée de circulation alternée avait été décidée plusieurs jours après le début d'un pic de pollution particulièrement important en région parisienne.

La maire de Paris Anne Hidalgo n'avait cessé de réclamer cette mesure avant son instautation (tardive) le lundi 23 mars. Elle avait alors estimé qu'un système plus rapide de circulation alternée devait être envisagé.

Une gestion "pas irréprochable" des pics de pollution

Pas question d'attendre aussi longtemps cette fois, assure la ministre de l'Écologie. "Le préfet de police a décidé d'abaisser de manière contraignante de 20 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes franciliennes" (celles où la vitesse est limitée à 90 km/h).

La circulation alternée, elle, "ne sera pas exclue si le pic de pollution se renforce" .

Selon Airparif, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France, le secteur devrait connaître une deuxième journée de pollution ce jeudi, avec des "seuils de pollution aux particules fines devraient être compris entre 50 et 60 microgrammes par mètre cube". L'absence de vent ne favorise pas en effet "la dispersion des agents polluants", explique la préfecture.

Autre mesure envisagée : l'interdiction de la traversée de Paris aux poids-lourds en transit, réclamée par Anne Hidalgo et Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France. Pour ce dernier, la santé des habitants est "une question éminemment étatique", qui jusqu'ici (et notamment en mars), n'a "pas été gérée de manière irréprochable".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.