Polluantes, dangereuses pour les animaux marins, nombreuses et quasi impossibles à recycler, les pailles en plastique sont régulièrement montrées du doigt pour leurs conséquences écologiques. Au Royaume-Uni, ONG, presse et politiques se mobilisent pour y mettre un terme.

Les pailles en plastique sont un fléau environnemental, en particulier outre-Manche
Les pailles en plastique sont un fléau environnemental, en particulier outre-Manche © Maxppp / Philippe Turpin

Il n'a l'air de rien, ce petit tube en plastique planté dans votre boisson, mais il est particulièrement fourbe. Une fois utilisée (généralement une seule fois), il va ensuite finir au pire dans la rue, au mieux au fond d'une poubelle, avant d'échapper à la vigilance des services de tri des déchets.

Car si 100 % des bouteilles en plastique, par exemple, sont identifiées et recyclées, les pailles, elles, passent entre les mailles du filet à cause de leur forme et de leur taille. Et une immense partie d'entre elles termineront leur trajet dans les océans, en bonne place parmi les déchets les plus présents.

Le problème, c'est que là encore leur forme a des conséquences catastrophiques, notamment pour les animaux marins. Elles se coincent souvent dans les gorges des dauphins ou des poissons, ou parfois dans les narines des tortues, comme le montrait cette douloureuse vidéo qui a fait le tour du monde.

Moins de pailles, ou des pailles sans plastique

Pourtant, les pailles en plastiques sont distribuées massivement dans toutes sortes d'endroits (fast-foods, restaurants, bars...), malgré de nombreuses campagnes depuis plusieurs années pour exiger leur fin programmée, comme pour les sacs plastiques. En Europe, c'est le Royaume-Uni qui détient le record du nombre de pailles utilisées chaque année.

Selon le quotidien Evening Standard, qui a lancé lundi une campagne contre elles, Londres consomme même autant de pailles en plastique en un an que toute l'Italie. De nombreux établissements et chaînes de restauration ont annoncé qu'ils cesseraient de proposer systématiquement des pailles en plastique.

En France, une pétition lancée en avril 2017 pour interdire les pailles en plastique a déjà recueilli plus de 40.000 signatures. Une journée internationale sans paille est même prévue le 3 février prochain, et 15 pays y participent. Pernod Ricard a aussi annoncé cette semaine qu'il renonçait aux pailles et aux mélangeurs en plastique sur tous ces évènements.

D'autant que la paille, si facultative qu'elle soit, peut même continuer à exister grâce à d'autres matières : des pailles biodégradables existent, tout comme les pailles réutilisables en métal, en papier ou en bambou. Une entreprise américaine vient même de boucler un financement participatif pour élaborer une paille comestible à base d'algue, à dévorer après utilisation. De quoi arrêter de siroter sa boisson avec un tube en plastique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.