paris pollution
paris pollution © CC Storm Crypt

Airparif a présenté ce mardi son bilan de la qualité de l'air en Île-de-France pour 2014. L'organisme de contrôle de la qualité de l'air estime que 2,3 millions de Franciliens restent exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation, même si la qualité de l'air s'est améliorée l'année dernière. Une situation malgré tout jugée "toujours problématique" et l'amélioration "insuffisante".

Le reportage de Philippe Randé

1'38

Le reportage de Philippe Randé

La faute aux particules

Selon Airparif, les plus concernés par cette pollution, notamment aux particules et au dioxyde d'azote, sont les Franciliens résidant dans l'agglomération parisienne et au voisinage de grands axes de circulation.

En moyenne, sur l'année 2014, les concentrations de polluants atmosphériques restent largement au-delà des seuils fixés par la réglementation, étant jusqu'à deux fois supérieurs aux valeurs limites le long de certains axes routiers

"Cinq polluants posent de fait toujours problème à des degrés divers" en Ile-de-France, assure Airparif et "ne respectent pas les réglementations": le dioxyde d'azote, les particules PM10 (diamètre inférieur à 10 micromètres), les particules fines PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètre), l'ozone et le benzène.

Moins de jours de pollution

Le nombre de jours de pollution, essentiellement aux particules, a "été moindre en 2014 (16 jours de pics) qu'en 2013 (36 jours)", indique Airparif. Cette situation "s'explique principalement par des conditions météorologiques plutôt favorables à la dispersion de la pollution, en dehors de la période printanière", précise Airparif.

L'année 2014, la plus chaude depuis 1900, a été marquée par des températures "supérieures aux normales saisonnières sur l'ensemble de l'année, à l'exception des mois estivaux qui ont été frais, nuageux et pluvieux". De ce fait, "les émissions du chauffage ont été moins importantes qu'habituellement" (-15%) et les niveaux chroniques de pollution "moins élevés qu'en 2013".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.