Une partie de la France vit sous un nuage de particules fines depuis une semaine. Cette pollution attaque les poumons des plus fragiles et provoque de graves problèmes de santé.

Paris sous les particules fines dues aux transports, aux feux de cheminée et aux industries (5 décembre 2016)
Paris sous les particules fines dues aux transports, aux feux de cheminée et aux industries (5 décembre 2016) © AFP / Gonzalo Fuentes

Après 4 jours de circulation alternée en Ile-de-France, La ministre de l'Environnement a officialisé, "l'extension de la prime de conversion de 10.000 euros aux véhicules utilitaires, y compris aux taxis". C'est un bonus pour l'achat de véhicules zéro émission et l'abandon d'un vieux diesel que propose Ségolène Royal. Au moment de cette annonce, qui satisfait les partisans de la mobilité électrique, qu'en est-il des dangers réels provoqués par les particules fines.

Paris n'a rien à envier ces jours-ci à d'autres mégalopoles polluées un peu partout dans le monde. Outre les régions parisienne et lyonnaise, Grenoble, Rouen, Dunkerque, Calais, Lille, Amiens, les zones urbaines des pays de Savoie, l'Alsace, les Hautes-Pyrénées, le Tarn-et-Garonne, la Haute-Garonne ainsi que l'Aveyron, autour de la ville de Rodez, sont touchés par l'épisode actuel.

  • La pollution aux particules fines est particulièrement dangereuse pour la santé :VRAI

Les particules fines ont plus d'effet sur la santé que n'importe quel autre polluant. Plus elles sont fines, plus elles pénètrent dans notre organisme, attaquant les alvéoles respiratoires.

La France vit un épisode de pollution sans précédent
La France vit un épisode de pollution sans précédent © AFP / AFP
  • On peut mourir à cause de la pollution : VRAI

Chaque année, 48 000 personnes meurent prématurément en France à cause de la pollution de l'air. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans les pays industrialisés, dans les villes où l'on observe des niveaux de pollution élevés, la mortalité dépasse de 15 à 20% celle enregistrée dans d'autres villes où l'air est plus sain. La pollution atmosphérique en France correspond à une perte d’espérance de vie pouvant dépasser deux ans dans les villes les plus exposées.

  • Les risques pour la santé ne concernent que les habitants des villes : FAUX

Si les effets de cette pollution sont plus importants dans les grandes villes, les villes moyennes et petites et les milieux ruraux sont aussi concernés, avec des pertes d'espérance de vie estimées entre neuf et quinze mois.

  • Paris est une ville polluée : VRAI

1,5 million de Franciliens respirent chaque jour un air pollué mais, comparée à d'autres villes dans le monde, Paris est très en dessous. La capitale est 1 107e au classement des villes pour leur teneur moyenne en particules fines.

  • Les nourrissons et jeunes enfants sont plus exposés que les autres : VRAI

Car en dessous de l'âge de 6 ans, les alvéoles de leur système pulmonaire sont encore trop petites pour pouvoir filtrer les particules. Et les enfants ont tendance à plus ventiler que les adultes. Selon un relevé de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, les urgences pédiatriques ont reçu 2 000 enfants pour des difficultés respiratoires entre fin novembre et le 7 décembre, soit 500 de plus qu'en 2015 sur la même période.

  • Les asthmatiques, femmes enceintes et personnes âgées sont également plus exposées :VRAI

Ces populations font partie des populations considérées à risques

  • Il ne faut pas faire d'effort en extérieur : VRAI

Il est d'ailleurs demandé aux établissements scolaires de ne pas faire pratiquer d'activité physique en extérieur.

►►►ÉCOUTER : Comment s'organisent les clubs de foot parisiens? Reportage de Philippe Randé

  • Il faut rester à l'intérieur :FAUX

Les particules fines sont partout, y compris à l'intérieur.

  • Il ne faut pas ouvrir ses fenêtres :FAUX

Il faut quand même aérer son logement, entre vingt et trente minutes par jour.

  • Porter un masque nous protège :FAUX

Même les masques avec filtres vendus spécialement aux cyclistes lors de pics de pollution ne sont pas efficaces contre les particules fines.

  • Rester dans sa voiture est efficace : FAUX

C'est dans une voiture que le taux de particules fines est le plus concentré.

Sources : Santé publique France, mairie de Paris, OMS, Ministère de l'environnement, Airparif, Préfecture Ile-de-France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.