un décret pour limiter la vitesse du péripherique à 70km/h
un décret pour limiter la vitesse du péripherique à 70km/h © reuters

L'organisme Air Parif prévoit depuis hier et pour aujourd'hui des seuils d'alerte maximum, c'est-à-dire que l'indice européen maximal de 100 est atteint. Des taux que la région parisienne n'avait pas connus depuis maintenant quatre ans.

Conséquence : des restrictions de vitesse sont mises en place : 60 km/h sur le périphérique, 110 sur les autoroutes à 130 et une nouvelle mesure : la préfecture oblige les poids lourds de plus de 3,5 tonnes en transit en Ile-de-France à contourner l'agglomération parisienne en empruntant la Francilienne.

Un jour pour mettre en place des mesures de restriction

Un silence incompréhensible car selon nos informations, les services de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris ont bien été alerté par Airparif en temps et en heure, hier un peu avant 10h. Une heure plus tard, le compte Twitter de la préfecture retweete un message de l'organisme de surveillance de la qualité de l'air qui prévient que la pollution en Ile-de-France sera "très élevée avec un indice européen de 100."

C'est seulement en début d'après-midi que le branle-bas de combat s'organise : plusieurs experts se réunissent pour évaluer les mesures à mettre en place. Il aura fallu huit heures en tout pour que des restriction de vitesse soient installées, et seulement à partir d'aujourd'hui alors que l'alerte d'Airparif court depuis hier. La Zone de Défense s'emmêle une nouvelle fois les pieds : le contournement de l'agglomération parisienne par les poids lourds de plus de 3,5 tonnes est d'abord une mesure incitative, puis finalement obligatoire selon la préfecture. En tout cas hier, pendant une journée entière, 12 millions de Franciliens ont été sans nouvelle des services de l'Etat face à ce pic.

Isabelle Roussel, présidente de l'association pour la prévention de la pollution atmosphérique, était l'invitée du 1 heures de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.