[scald=34811:sdl_editor_representation]par Joseph Ax

NEW YORK (Reuters) - Les procureurs chargés de l'affaire Dominique Strauss-Kahn ont demandé à rencontrer lundi après-midi Nafissatou Diallo, laissant présager un abandon des poursuites contre l'ancien patron du FMI, a déclaré samedi Douglas Wigdor, l'un des avocats de la femme de chambre.

Le bureau du procureur de Manhattan, en charge de l'affaire, a demandé à rencontrer à 15h00 (19h00 GMT) la femme de chambre guinéenne qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle, a annoncé Wigdor.

La prochaine audience du procès en pénal de l'ancien ministre français, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été fixée à mardi.

"Il s'agit d'une nouvelle preuve de ce qui pourrait être l'issue finale de cette affaire", a-t-il déclaré à Reuters par téléphone. "Il y a de nombreux autres faits dans la gestion de cette affaire qui nous font croire que malheureusement le bureau du procureur pourrait classer l'affaire", a-t-il ajouté.

L'autre avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson, a également dit s'attendre à que la justice américaine classe l'affaire.

"S'ils n'avaient pas l'intention d'abandonner les poursuites, il n'y aurait pas de raison de la rencontrer", écrit le New York Times, citant les propos de l'avocat. "Ils (les représentants du parquet) iraient simplement au tribunal le lendemain pour dire: 'Nous allons poursuivre cette affaire'.

"Selon moi, cette lettre signifie qu'ils vont renoncer entièrement aux poursuites ou à certaines charges", conclut-il.

PLAINTE AU CIVIL

Plusieurs médias américains ont rapporté vendredi que Kenneth Thompson avait offert de retirer sa plainte au pénal en échange d'un arrangement financier, une information aussitôt démentie par l'avocat.

Dominique Strauss-Kahn est accusé d'avoir agressé sexuellement Nafissatou Diallo, une femme de chambre guinéenne, dans un hôtel de New-York le 14 mai dernier. Il a été inculpé de sept chefs d'accusation, notamment de tentative de viol, d'agression sexuelle et de séquestration. Il a été libéré sur parole le 1er juillet dernier.

Nafissatou Diallo a déposé début août devant un tribunal du Bronx une plainte au civil en dénonçant une "agression violente et sadique" de la part de l'ancien favori à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle française de 2012.

Joseph Ax, Jean-Philippe Lefief et Marine Pennetier pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.