Alors que la Manif pour Tous prépare une nouvelle mobilisation, le Pape François s’est prononcé contre la théorie du genre, accusant notamment les manuels français de la relayer.

Le Pape célèbre une messe à Baku (Azerbaïdjan), le 2 octobre 2016
Le Pape célèbre une messe à Baku (Azerbaïdjan), le 2 octobre 2016 © Reuters / POOL New

La théorie du genre a parsemé les propos du Pape François, lors de cette visite de trois jours organisée ce week-end dans le Caucase, en Georgie et Azerbaidjan. Dimanche en Géorgie, il la cite comme une ennemie, menaçant les mariages. Puis la présente dimanche, lors de propos tenus à la presse dans l’avion du retour, comme une "une colonisation idéologique", en citant, propos à l’appui, sa discussion avec un père de famille français :

Un père de famille français m’a raconté cette scène : à table, il demande à son fils de 10 ans ce qu’il veut faire plus tard. Le fils lui répond : je veux devenir une fille. Le père s’est rendu compte que les livres du collège enseignaient la théorie du genre. Ceci est contre les choses naturelles. Qu’une personne change de sexe, c’est une chose. Mais c’en est une autre de l’enseigner dans les écoles pour changer les mentalités. J’appelle ça la colonisation idéologique (Le Pape François)

Pourtant, quand le Pape François évoque les personnes transexuelles ou homosexuelles, il demande aussi à l’Église de les accueillir. Il raconte avoir reçu au Vatican un transexuel espagnol et son épouse : "Les péchés existent, conclue-t-il, mais la miséricorde doit avoir le dernier mot".

Des déclarations qui interviennent alors qu’en France la Manif pour Tous prépare une nouvelle mobilisation le 16 octobre prochain.

"Ça me met en colère" (Najat Vallaud-Belkacem)

Réaction de Najat Vallaud-Belkacem, interrogée sur France Inter au lendemain de la déclaration du pape :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.