Les habitants du grand Est devront trancher
Les habitants du grand Est devront trancher © Radio France / Olivier Bénis

Les habitants de la nouvelle grande région regroupant Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine doivent choisir le nom de leur nouveau territoire, parmi trois propositions originales sélectionnées la veille par 60 votants (élus, experts, citoyens).

Première nouvelle : l'élimination d'office de deux termes pourtant souvent utilisés depuis la naissance de cette grande région en début d'année. Elle ne s'appellera ni "Grand Est", ni "ACAL" (prononcé comme ça s'écrit). Il faut dire que la concurrence était rude, avec près de 360 noms proposés lors de la toute première séance de "négociations", pour arriver à une liste de 15 au terme de la seconde réunion. Lors de la troisième ce samedi, les trois propositions définitives ont été validées :

  • Acalie
  • Rhin-Champagne
  • Nouvelle Austrasie

C'est cette troisième proposition qui est pour l'instant en tête.

Les trois propositions, bien qu'originales, ont survécu à d'autres tour à tour folles, pragmatiques ou poétiques. "Orest" n'aura ainsi récolté aucun vote, tandis que le sympathique "île d'Europe" aura lui aussi coulé à l'issue de ces présélections. Les "Marches de l'Est" ont subi la même chute, tout comme "Estrie" ou la plus sobre "Union Grand Est".

C'est désormais aux habitants de désigner le nom qui les séduit le plus. Le vote se fera sur Internet à partir de lundi, et le nom qui aura obtenu le plus de voix sera proposé au vote du conseil régional en avril. Enfin, le Conseil d'État fixera ce nouveau nom par décret avant le 1er octobre 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.