Pour près de la moitié des Françaises et Français interrogés, le vaccin et l’obligation se faire vacciner à terme, sont perçus comme des conditions sine qua non d’un retour à une vie et à une consommation normales. 56% des personnes interrogées se disent pour la mise en place d'un passeport vaccinal.

62% des personnes interrogées souhaitent se faire vacciner ou bien l'ont déjà fait.
62% des personnes interrogées souhaitent se faire vacciner ou bien l'ont déjà fait. © Maxppp / PhotoPQR / Cédric Jacquot

En pleine pandémie, comment percevons-nous notre santé ? C'est l'objet de l'enquête menée par l'Observatoire Cetelem et l'institut Harris Interactive, un an après le début de l'épidémie de coronavirus. Elle montre qu'aujourd'hui, une majorité la population voit en la vaccination un moyen de retrouver plus de liberté. Par ailleurs, 53% des sondés pronostiquent un retour à la normale, en France, d'ici la fin de l'année 2021. Évidemment, celles et ceux qui souhaitent se faire vacciner montrent un optimisme plus marqué.

L'enquête montre aussi que les sondés s'estiment à près de 90 % en bonne santé mais une grande partie, trois sur cinq, s'inquiètent à ce sujet (à l'exception des plus jeunes, plutôt soucieux de voir des troubles psychologiques émerger). Cette proportion est encore plus impressionnante chez les anciens, fortement touchés par la Covid-19. D'ailleurs, cette inquiétude se focalise essentiellement sur le coronavirus, pour les deux tiers de la population, passant ainsi devant le risque de cancer ou de maladie cardiaque.

En pleine pandémie, la vaccination pour mettre fin aux restrictions

Si le contexte sanitaire est toujours incertain et que des restrictions pèsent (et risquent encore de peser quelques temps) sur les Françaises et les Français, une majorité juge que la vaccination va permettre de retrouver plus de liberté au quotidien. Selon cette étude, 62% des personnes interrogées souhaitent se faire vacciner ou bien l'ont déjà fait. Il s'agit là d'un geste pour protéger ses proches (à 96%) et se protéger soi-même (à 94%). 

On constate une proportion plus forte chez les plus âgés (74% chez les 65 ans et plus), qui estiment plus facilement faire partie des personnes à risque. Les sondés jugent que le vaccin va permettre, dans les prochains mois, de voir leurs proches en toute sécurité (46%), de retourner dans les bars et restaurants (33%), de voyager (32%), de faire des activités culturelles (25%) ou faire des projets (26%). 

Pour la vaccination, les interrogés font essentiellement confiance aux acteurs de proximité, médecins généralistes et pharmaciens, plutôt qu'aux institutions plus larges, peu importe l'échelle (Agences régionales de santé ou Organisation mondiale de la santé). Le ministère de la Santé souffre d'une véritable défiance, avec la confiance de moins d'une personne sur deux.

Le passeport vaccinal "validé" ?

Souvent considéré comme une atteinte à la liberté, l'idée d'un passeport vaccinal divise, sur sa faisabilité comme sa légitimité. Toutefois, 56% des personnes interrogées se disent pour sa mise en place dans les prochains mois, en particulier les jeunes et les personnes âgées. 

Les Françaises et les Français jugent le passeport vaccinal pertinent pour se déplacer hors du territoire national mais près d'un sur deux l'estime aussi nécessaire pour accéder aux activités culturelles et sportives, ainsi qu'aux bars et aux restaurants, fermés depuis plus de quatre mois maintenant. 45 % souhaitent aussi un tel système à l'entrée des magasins.