C'est la nouveauté qu'a retenu le public, lundi soir, après les annonces des dirigeants d'Apple : les futurs iOS et iPadOS disposeront de "widgets" sur leur écran d'accueil. Mais pour cette innovation comme pour d'autres, Apple propose à ses utilisateurs des fonctions disponibles sur Android, parfois depuis longtemps.

La mise à jour sera disponible sur la plupart des iPhone en circulation
La mise à jour sera disponible sur la plupart des iPhone en circulation © AFP / Christoph Hardt / Geisler-Fotopres / Geisler-Fotopress / dpa Picture-Alliance

C'est un rendez-vous annuel très attendu du monde des nouvelles technologies – et des aficionados de la marque à la pomme : la WorldWide Developer Conference (ou WWDC) d'Apple, événement dédié à l'origine aux développeurs de logiciels et d'applications. Sa conférence d'ouverture est scrutée de près car Apple en profite, depuis plusieurs années, pour présenter les mises à jour de ses systèmes d'exploitation pour ses iPhone, iPad, Mac et Watch. 

De l'édition 2020 de cette "Keynote", pour la première fois pré-enregistrée sans public en raison de la crise sanitaire, le public et la presse auraient pu retenir le passage des Mac de processeurs Intel à ses propres puces – une première depuis 15 ans, mais ce qui a retenu l'attention c'est l'amélioration la plus visuelle : sur iOS 14, l'écran principal des iPhone (et iPad) va radicalement changer, se parant de widgets, des petites fenêtres affichant des informations au premier coup d'œil.

Les widgets : "empruntés" à Android… ou au Mac ?

Une révolution sur les iPhone pour 2020… mais pas une nouveauté dans le secteur du smartphone. Le principal concurrent d'iOS, Android, présente cette fonction depuis sa version 1.5, qui remonte à 2009, basée exactement sur le même principe : la fenêtre occupe la place de deux, trois ou quatre icônes et peut être déplacée ou manipulée comme n'importe quelle application.

Bien au-delà, les widgets étaient la base de l'interface de l'interface du système d'exploitation mobile de Microsoft, Windows Phone – disparu aujourd'hui. Sous le nom de "live tiles", elles affichaient en temps réel les informations des applications concernées. Le système existe encore aujourd'hui sur ordinateurs, depuis la version 8 de Windows.

Apple aurait donc honteusement plagié Android et Microsoft ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Car ce terme de "widgets", et ce concept de mini-applications permettant d'afficher des informations issues de logiciels plus volumineux, on le trouve dès 2005 sur les ordinateurs Apple, avec leur système d'exploitation MacOS. D'abord restreints à une surcouche de l'écran, ils avaient ensuite cohabité avec les fenêtres "normales" du système… exactement comme le feront les widgets d'iOS 14 quinze ans plus tard. 

Mode nuit, panneau de contrôle… tantôt en retard, tantôt en avance ?

Ce n'est pas la première fois qu'Apple semble avoir un temps de retard, plus ou moins léger, sur la concurrence. Avec iOS 13 en 2019, Apple marchait sur les plates-bandes d'Android qui avait posé les bases d'un mode sombre l'année précédente. 

De même, avec sa mise à jour iOS en 2013, Apple proposait enfin un "centre de contrôle" permettant d'accéder à tous les réglages rapides du téléphone (luminosité, wi-fi, etc.). Là encore, la fonction existait déjà sur Android depuis plusieurs années. 

"Les bons artistes copient, les grands artistes volent"

Apple, voleur d'idées ? Oui. Et c'est même Steve Jobs qui le dit : dans un documentaire de 1996 exhumé par Numerama, le confondateur d'Apple – qui à l'époque avait été renvoyé de sa propre entreprise – assumait le fait d'aller chercher de bonnes idées partout où elles pouvaient se trouver : "Nous avons toujours été sans scrupule lorsqu'il s'agit de voler de grandes idées", disait-il, citant Pablo Picasso pour qui "les bons artistes copient, les grands artistes volent".

Une tendance qui a valu à Apple plusieurs procédures judiciaires pour violations de brevets, de la part, en vrac, de Nokia, Kodak ou du fournisseur allemand Qualcomm. Seulement, si un brevet ou une technologie peut être protégé par le droit d'auteur, ce n'est pas le cas d'une idée, d'un concept. Rien n'empêche donc Apple de reprendre à son compte les widgets, le mode sombre, ou une nouvelle application de traduction qui ressemble fortement à Google Traduction... Tant qu'elle le fait avec ses propres moyens.

Saine émulation

D'autant plus que, dans l'autre sens, cela fonctionne aussi : l'interface du Mac, puis celle de l'iPhone, ont largement inspiré les autres concepteurs de logiciels et d'appareils. Les gestes clé introduits au lancement de l'iPhone (pincer pour zoomer, glisser à droite ou à gauche) ont été repris partout ailleurs

Aujourd'hui encore, cette saine émulation continue à faire… des émules : les dernières versions beta du futur Android (version 11) ont dévoilé une nouvelle fonctionnalité nommée Nearby Share, permettant des transferts rapides entre plusieurs appareils Android. Une possibilité qui ressemble à s'y méprendre à la fonction "AirDrop" disponible sur les appareils Apple.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.