Depuis la fin de la semaine dernière, trois centrales nucléaires fonctionnent au ralenti. Objectif : éviter un trop fort réchauffement des cours d'eau environnants... au prix d'une potentielle pénurie d'électricité ?

La centrale nucléaire de Fessenheim le 5 avril 2018
La centrale nucléaire de Fessenheim le 5 avril 2018 © Radio France / Patrick Genthon

Saint-Alban en Isère, Bugey dans l'Ain, et Fessenheim dans le Haut-Rhin : depuis la fin de la semaine dernière, ces trois centrales électriques tournent au ralenti. En tout quatre réacteurs de ces centrales (dont deux pour Saint-Alban) ont été arrêtés, a annoncé EDF ce week-end. 

Limiter l'échauffement de l'eau

La raison de ces arrêts : les trop fortes chaleurs qui touchent le pays ces derniers jours. Et plus particulièrement, la hausse des températures de l'eau, dans les cours d'eau qui avoisinent ces centrales. En effet, une centrale nucléaire doit toujours être placée à proximité d'un cours d'eau ou d'une mer : les centrales puisent de l'eau, qui servent à alimenter le système de refroidissement des réacteurs. 

Or lorsqu'une centrale rejette de l'eau qu'elle a pompé pour refroidir ses réacteurs, l'eau en question est forcément plus chaude qu'avant le pompage. La décision d'EDF d'arrêter une partie des réacteurs est donc justifiée par la nécessité "de limiter l'échauffement de l'eau prélevée puis restituée au Rhône" pour les deux réacteurs de Saint-Alban, notamment.  

Pas de risque pour l'offre d'électricité

Il s'agit en effet d'un cercle vicieux : si l'eau rejetée est plus chaude, le cours d'eau se réchauffe et l'eau pompée est alors également moins fraîche, donc moins efficace pour refroidir les unités de production. Résultat : il est préférable de couper un réacteur et d'avoir une centrale qui fonctionne au ralenti mais bien refroidie, plutôt qu'une centrale à plein régime mais mal refroidie - donc représentant un risque.

Cela représente-t-il un risque de pénurie d'électricité ? Non, assure EDF, car au mois d'août, contrairement aux apparences et n'en déplaise aux nombreux utilisateurs de ventilateurs et de climatisations, la demande d'électricité est plus faible que le reste de l'année : la fermeture de nombreuses entreprises à cette période de l'année fait baisser les besoins en électricité, de sorte que la baisse de régime des centrales ne met pas en danger l'approvisionnement en électricité. 

ECOUTER LES PODCASTS DE RADIO FRANCE : Agir pour ma planète

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.