Depuis plusieurs jours, l'application de messagerie Signal connaît une très forte augmentation de ses inscriptions – au point de subir des phases de saturation. En cause, un changement des conditions d'utilisation de WhatsApp, qui pousse de nombreux utilisateurs à quitter la plateforme.

Signal (au milieu) compte de plus en plus de membres
Signal (au milieu) compte de plus en plus de membres © AFP / Wolfram Kastl / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

À l'heure où nous écrivons ces lignes, la même application est en tête des téléchargements à la fois sur l'App Store d'Apple et le Play Store d'Android. Son nom : Signal. Cette application, qui existe depuis 2014, connaît depuis plusieurs jours une augmentation forte de ses utilisateurs et utilisatrices. Jeudi, elle a même fait état de problèmes techniques liés à un trop fort afflux de connexions : "Les codes de vérification sont actuellement retardés (...) parce que beaucoup de nouvelles personnes tentent de rejoindre Signal actuellement", expliquait l'entreprise sur Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De nouvelles conditions d'utilisation sur WhatsApp

La raison d'un tel afflux vient d'ailleurs : c'est avant tout une fuite des utilisateurs et utilisatrices de WhatsApp. Le 8 février prochain, la célèbre application de messagerie, propriété de Facebook, modifiera ses conditions d'utilisation : il ne sera plus possible de l'utiliser si l'on refuse le partage de données personnelles avec Facebook. L'entreprise précise toutefois qu'en raison des règlementations européennes, ce changement ne devrait avoir que peu d'impact pour les utilisateurs et utilisatrices en Europe.

Depuis le début de la semaine, en cas de connexion à WhatsApp, il est donc demandé de prendre connaissance et d'accepter ces nouvelles conditions. Le partage de données avec Facebook n'a pas de visée directement publicitaire pour l'heure, mais doit permettre aux entreprises  qui utilisent WhatsApp de mieux cibler leurs échanges avec les consommateurs. S'il était possible de refuser cela jusqu'à présent, ce sera désormais obligatoire. 

Pour celles et ceux qui ne souhaitent pas consentir à ce transfert de données, Signal se pose comme une alternative crédible : lancé en 2014, le logiciel a été à plusieurs reprises salué pour son respect de la vie privée : en 2020, la Mozilla Foundation (qui développe Firefox) l'a désignée "application de communication la plus sécurisée" – et en février dernier, la Commission européenne l'a conseillée à tous ses salariés pour la communication avec les personnes extérieures. L'application s'était aussi faite remarquer en juin dernier avec une fonction permettant de flouter les photos dans les manifestations, en plein contexte Black Lives Matter aux États-Unis.

Des ambassadeurs de premier plan

Mais surtout, Signal peut s'appuyer sur deux ambassadeurs de taille : le lanceur d'alerte Edward Snowden, qui a, à plusieurs reprises (y compris sur France Inter) conseillé d'utiliser cette application, et le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk. Dans un tweet, le nouvel homme le plus riche du monde a simplement lancé : "Utilisez Signal". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le logiciel lui-même profite de cette aubaine pour inciter de nouveaux membres à le rejoindre : sur ses réseaux sociaux, il a partagé un tutoriel expliquant comment transférer ses groupes de discussion d'une application à l'autre. L'application a par ailleurs annoncé avoir lancé des appels de groupe sécurisés en décembre dernier. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix