Au micro d'Ali Rebeihi, dans l'émission "Grand Bien Vous Fasse", la sociologue Sandra Gaviria, le psychiatre et psychanalyste Serge Hefez et le psychopédagogue Bruno Humbeeck reviennent sur les mécanismes économiques, sociaux et culturels qui expliquent l'augmentation du retour des jeunes chez leurs parents.

Pourquoi de plus en plus de jeunes retournent chez leurs parents ?
Pourquoi de plus en plus de jeunes retournent chez leurs parents ? © Getty / RgStudio

Le retour chez papa et maman : une transition souvent nécéssaire

  • L'absence de garanties matérielles

La tendance s'est accentuée depuis la crise de 2008 du phénomène du retour, on connaît tous autour de nous un jeune qui est retourné chez ses parents parce qu'encore fragile matériellement. La période actuelle fait que beaucoup de jeunes sont encore victimes du marché du travail, face à des difficultés d'insertion. Le retour de nombreux jeunes chez leurs parents permet ainsi de sécuriser leur parcours économiquement pour le futur. Ils en profitent souvent pour se réorienter au niveau des études, pour trouver un meilleur départ et mieux s'insérer sur le marché du travail. 

La tendance s'est accentuée depuis la crise de 2008 qui impliquait naturellement une augmentation de la difficulté des jeunes pour accéder au marché du travail. La précarité est grandissante pour les jeunes depuis le début des années 2000. 

  • Des départs trop tôt souvent périlleux

Affectivement aussi, c'est une dimension dont on ne parle pas souvent mais il y a des jeunes qui quittent trop tôt le domicile familial parce qu'ils ont été en conflit avec leurs parents, et sont partis sans réfléchir. C'est seulement après qu'ils prennent conscience que c'était peut-être trop tôt et qu'ils ne réunissent pas les bonnes conditions pour être enfin autonomes. Ils se retrouvent donc contraints de retourner malgré leur volonté chez leurs parents. 

  • Les difficultés liés aux jeunes couples installés 

Nombreuses aussi sont les jeunes qui se retrouvent en conflit avec leur partenaire, certaines jeunes femmes sont victimes de violences conjugales et retournent chez leurs parents qui est la seule solution alternative. 

  • Les difficultés de la vie étudiante 

Ce sont aussi des étudiants pour qui, la première expérience de vie en solo est souvent difficile. Ils n'arrivent pas à gérer leur vie car ils finissent tard le soir et travaillent tôt le matin et ont encore beaucoup de mal à trouver leur rythme. Certains sont aussi paralysés par un parcours étudiant souvent long, et rencontrent entre temps des échecs scolaires. Ils sont alors contraints de retourner chez leurs parents".

Une tradition persiste : "ne pas s'éterniser chez ses parents"

Sandra Gaviria : "Si pour de nombreux parents cela va de soi qu'il faille d'abord donner un maximum d'outils pour que leurs enfants puissent réussir leur vie d'adulte, dans la société française, il y a l'idée encore prégnante qu'un moment donné, pour devenir soi-même, il faut une séparation physique de la famille. Pour beaucoup de parents et de jeunes encore aujourd'hui, plus l'enfant reste, plus c'est vécu comme un échec. 

C'est pourquoi de nombreux jeunes, quand ils retournent chez leurs parents, ne le vivent pas bien du tout car demeure encore en eux et chez leurs parents le modèle qui consiste à penser que l'enfant ne doit pas s'attarder chez ses parents. Ce retour est accompagné d'un sentiment d'échec car trop souvent, dans l'imaginaire, on devient adulte par soi-même et sans l'aide de ses parents

Il y a une stigmatisation qui vient de l'époque où le modèle consistait à absolument partir et ne pas revenir chez ses parents. Ce paradoxe est d'autant plus visible que la réalité économique d'aujourd'hui nécessite qu'un grand nombre de jeunes retournent chez leurs parents car sans aucune autre alternative. 

D'autant que la crise sanitaire liée au Coronavirus amplifie le phénomène, avec des raisons encore nouvelles et des configurations différentes qui viennent se greffer de part et d'autres".

Il faut avoir les moyens de devenir adulte 

  • Les moyens économiques et psychiques 

Serge Hefez : "Devenir adulte c'est le processus de séparation à l'adolescence avec des éléments concrets matériels. C'est avant tout être autonome, pouvoir s'assumer financièrement, avoir son propre logement, gérer sa propre vie, ne plus dépendre matériellement de ses parents

C'est le processus de désaffiliation : on se dégage des valeurs de sa famille, de l'intrication émotionnelle à l'intérieur de sa famille. Encore faut-il en avoir les moyens sur le plan psychique. Et sur ce plan-là c'est beaucoup plus compliqué pour certains jeunes adultes. Il faut apprendre à se séparer psychiquement de ses parents, arrêter de projeter sur eux toutes ses difficultés, toutes ses incomplétudes. Devenir adulte c'est ce moment où on sait pouvoir réintégrer les éléments négatifs de la vie sans les projeter sur ses parents. 

Beaucoup de jeunes retournent chez leurs parents parce que toutes ces conditions sont encore insuffisamment réunies. Ce phénomène est directement lié à l'effacement des rites de passages de l'enfance à la vie adulte qui devraient être beaucoup mieux formalisés qu'ils ne le sont aujourd'hui". 

  • L'absence des rites de passage de l'enfance à la vie adulte mis en cause

Bruno Humbeeck : "Ce qui rend les choses très compliquées actuellement c'est l'affadissement des rites de départ. Il n'y a plus de moment ritualisés qui font qu'on est conscient de passer de l'état d'adolescent, d'enfant ou de jeune adulte à celui d'adulte. 

Ces rituels se font souvent brutalement et cela rend les choses beaucoup plus compliquées. C'est pourquoi le départ se fait progressivement et le retour est parfois vécu comme brutal. Ces moments ritualisés sont des passages initiatiques qui permettent de montrer qu'on passe d'un statut enfant non sexué à celui d'être sexué à l'adolescence". 

On manque aujourd'hui de matérialiser cette construction mentale d'émancipation, qui donne une perte de repères 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Grand bien Vous Fasse : Revenir vivre en famille au temps du confinement

📖 LIRE - Sandra Gaviria, "Revenir vivre en famille, devenir adulte autrement" (édition Le bord de l’eau)

📖 LIRE - Serge Hefez, "La fabrique de la famille" (édition Kéro)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.