Alors que le Portugal et l'Espagne font face à une recrudescence de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement recommande aux Français d'éviter ces destinations pour leurs vacances, mais "il n'y a pas d'interdiction".

L'arrivée des touristes au Portugal après le premier confinement en 2020.
L'arrivée des touristes au Portugal après le premier confinement en 2020. © Maxppp / MAXPPP

La France a conseillé jeudi à ses ressortissants "d'éviter l'Espagne et le Portugal" cet été, face à la propagation rapide du variant delta du Covid-19, sans pour autant interdire ces destinations. "Il n'y a pas d'interdiction de circuler au sein même de l'Europe, même à l'égard de l'Espagne et du Portugal", a précisé le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes ce jeudi sur franceinfo. Un peu plus tôt dans la journée, Clément Beaune avait déclaré qu'il valait mieux "rester en France ou aller dans d'autres pays" que dans la péninsule ibérique. 

Le variant delta gagne du terrain

Ces recommandations ont fait réagir l'ambassadeur d'Espagne en France, José Manuel Albares. "Nous devons être très attentifs dans nos déclarations, nous devons agir avec beaucoup de prudence et de concertation", a-t-il appelé sur BFM-TV. "L'Espagne est parmi les pays qui luttent le plus contre le Covid à travers la vaccination. J'encourage tous les Français qui le souhaitent à aller cet été en Espagne dans le strict respect des mesures sanitaires", a ajouté le diplomate. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Des déclarations qui tranchent avec la situation sanitaire. En effet, l'Espagne est sur le point d'affronter une cinquième vague, touchant particulièrement les jeunes. A la différence d'autres pays européens, qui ont ouvert la vaccination aux plus jeunes, l'Etat espagnol a pris du retard. Le pourcentage des 20-29 ans ayant reçu au moins une dose d'un vaccin est de seulement 14,4%, alors qu'il est de 64,1% pour l'ensemble de la population, d'après les chiffres officiels.

Il n'y a rien à craindre pour les touristes français s'ils veulent se rendre en Espagne" - José Manuel Albares, l'ambassadeur d'Espagne en France

Avec l'été, les soirées étudiantes dans les bars, les appartements ou les discothèques ont donc fait exploser le taux d'incidence chez les plus jeunes. Il s'est hissé à 814 cas pour 100.000 personnes sur 14 jours pour les 20-29 ans mercredi, soit plus du triple de l'incidence moyenne pour l'ensemble de la population. Conséquence : plusieurs régions autonomes espagnoles resserrent la vis. Les boîtes de nuit referment leurs portes pour quinze jours en Catalogne à partir de samedi, et les autorités recommandent de porter le masque en extérieur. Au nord, la Castille-et-León envisage de rétablir le couvre-feu.

C'est d'ailleurs ce qu'a décidé le gouvernement socialiste au Portugal. Vendredi 2 juillet, il a réimposé un couvre-feu nocturne dans les 45 municipalités les plus touchées, dont la capitale Lisbonne et Porto. Le variant Delta représente 90% des nouveaux cas, contre 40% en France, où onze régions voient leur taux d'incidence grimper comme en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Un nouveau Conseil de défense sanitaire doit se tenir lundi. "On va les décider dans les prochains jours mais nous pourrons avoir des mesures renforcées" s'agissant des déplacements à l'étranger a prévenu Clément Beaune.

Thèmes associés