Le centre culturel, qui accueille le Musée national d'art moderne et la Bibliothèque publique d'information, est fermé depuis lundi.

Le Centre Pompidou n'a pas ouvert au public depuis lundi
Le Centre Pompidou n'a pas ouvert au public depuis lundi © AFP / Miguel Medina

Si vous souhaitiez découvrir ce mercredi l'exposition consacrée au peintre Cy Twombly ou celle dédiée au photographe Josef Koudelka, vous avez dû passer votre chemin : ce mercredi, pour le troisième jour consécutif, le Centre Pompidou, l'un des lieux culturels les plus visités de France, est fermé en raison d'une grève du personnel. L'établissement culturel a alerté ses visiteurs sur les réseaux sociaux :

La fermeture du Centre Pompidou (qui concerne aussi la Bibliothèque publique d'information) est donc liée à "la mise en oeuvre d'une loi du gouvernement français". Mais laquelle ? Selon le syndicat Force ouvrière, majoritaire au Centre Pompidou, il s'agit de la loi Déontologie, proposée par le ministère de la Fonction publique, votée l'an dernier, et dont le décret d'application doit être publié au Journal officiel le 1er avril.

Régime dérogatoire

Cette loi prévoit que soit revue la liste des établissements qui peuvent déroger aux statuts de la Fonction publique : selon l'article 3 de ce statut, une personne qui exerce un emploi permanent doit obligatoirement être fonctionnaire titulaire, et pas contractuelle.

Et le Centre Pompidou fait partie des établissements qui bénéficiaient jusqu'à présent de cette dérogation : depuis son ouverture en 1977, tous les personnels qui y ont été embauchés l'ont été en tant que contractuels. Dans un document de 2009, le lieu indiquait que "97% des agents travaillant pour le Centre Pompidou sont des agents non-titulaires de la Fonction Publique" ; et "3% sont des fonctionnaires accueillis en détachement sur contrat d'établissement".

Le statut de fonctionnaire "beaucoup moins avantageux)

Le décret qui doit paraître le 1er avril prochain enlève au Centre Pompidou ce caractère dérogatoire : tous les nouveaux employés seront des fonctionnaires titulaires. Sur le papier, c'est une bonne nouvelle : dans son communiqué, FO affirme d'ailleurs avoir "toujours défendu la titularisation de tous les personnels".

Pourquoi les agents sont-ils mécontents, alors ? En réalité, depuis 40 ans, les syndicats du Centre Pompidou ont mené plusieurs combats pour faire évoluer leurs salaires hors des grilles habituelles de la fonction publique, et pour obtenir des avantages en plus. Si les agents deviennent fonctionnaires, ils devront se conformer aux grilles de salaires de la Fonction publique, ni plus, ni moins. Un statut "beaucoup moins avantageux", selon le directeur général du musée, Denis Berthomier.

Jusqu'à -30% de salaire ?

"Les pertes de salaires pourraient ainsi atteindre jusqu'à -20%, voire -30% pour certains", explique FO, qui demande donc la préservation des acquis sociaux des salariés du lieu et refuse qu'il existe une différence entre anciens salariés contractuels et nouveaux, titulaires. Dans une lettre ouverte, les salariés en grève déplorent également que les salariés recrutés en CDI ces dernières années n'auront pas la possibilité de devenir fonctionnaires s'ils le souhaitent, alors que les autres auront le choix.

Début mars, le centre Pompidou avait déjà été touché par un mouvement de grève pour les mêmes raisons.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.