Littérature, cinéma, BD, séries... le glandeur est partout et ce depuis des siècles. N'en déplaise à la société de la performance dans laquelle nous vivons. Qu'il soit le roi de la gaffe, la figure de la résistance ou un alcoolique misanthrope notoire, le glandeur dans toute sa splendeur nous passionne. Par envie ?

Au Lebowski Fest, on célèbre tout ce qui a trait au film culte des frères Coen, à savoir l'art de glander avant toute chose
Au Lebowski Fest, on célèbre tout ce qui a trait au film culte des frères Coen, à savoir l'art de glander avant toute chose © AFP / Alessio Romenzi / AFP

Quel glandeur êtes-vous ? C'est le test psycho que vous ne verrez sans doute pas dans les pages des magazines à la rentrée. Car comme chacun le sait, ce moment de l'année est plutôt synonyme d'efficacité, de course effrénée et de productivité. 

Et c'est pourtant celui qu'Ali Rebeihi a choisi de vous faire passer dans son émission Grand Bien vous fasse, que vous pouvez réécouter du fond de votre canapé ici

Il/elle est facile à montrer du doigt celui ou celle qui a décidé d'adopter cette philosophie de vie, mais dans le fond est-ce si facile ? Sommes-nous tous capables d'être seuls avec nous-mêmes ? Ou plus généralement de nous opposer à un mode de vie sociétal ? Quelques figures rencontrées au cours de nos lectures, visionnages... sont là pour vous guider vers le chemin de la glande. 

Et comme le disait Albert Jacquard : 

L'oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l'excès de travail est le père de toutes les soumissions.

Pour questionner notre rapport au travail 

Les espadrilles posées sur le bureau, les mains derrière la tête, on a tous en tête l'image du gaffeur attitré de Spirou Magazine. Chez lui, ne rien faire est un combat du quotidien. Ou en tout cas ne pas faire ce qu'il doit faire. Ses intérêts sont ailleurs, comme par exemple, développer la meilleure technique de sieste au bureau. Gaston nous en dit long sur notre rapport au travail, et l'art de procrastiner. 

Pour résister à la société qui nous broie

Bartleby (dans Bartleby le Scribe de Melville) est l'employé d'un cabinet de juristes pour lesquels il effectue des copies. Devant l’aliénation grandissante que lui impose son travail, il décide de s'opposer avec cette phrase désormais célèbre : "I would prefer not to". Ces mots dénonceront l'absurdité de la logique productiviste du XIXème siècle, au même titre que l'image de Charlot coincé dans ses rouages géants. 

Pour enfin être subversif 

C'est lorsqu'un de ses fils décide de gagner sa vie que le vieux Hafez s'y oppose (Les fainéants dans la vallée fertile). Comme dans tous les romans de Cossery, on est plongé dans un récit subversif qui dépeint des personnages qui n'en rament pas une de la journée, et passent leur temps à boire et à fumer. On n'est pas vraiment sur un message recommandé par l'ARS, mais les héros n'ont pas tous besoin d'avoir une bonne hygiène bucco-dentaire. 

Pour exceller dans l'art du sarcasme

Alcool bon marché et cigarettes sont les deux piles qui tiennent en vie Bernard Black le gérant de la librairie Black Books. Au-delà d'être paresseux, l'homme est loin d'être aimable et passe son temps à refouler le moindre client du magasin. Figure de l'asocial, il n'en est pas moins l'un des personnages de sitcom les plus drôles qui existe (et ce même s'il pourrait être le frère caché de Robert Smith et Tim Burton). 

Pour avoir la "cool attitude" 

Qui n'a jamais rêvé de passer ses journées en peignoir et short-claquettes ? Avec son style inimitable et ses répliques cultes, Jeffrey Lebowski est devenu un véritable Dieu pour toute une génération (à tel point qu'un Lebowski Fest existe!). Derrière la figure de ce loser, les frères Coen dépeignent avec férocité l'Amérique des "laissés-pour-compte" face à l'ultralibéralisme, en faisant de ces anti-héros des figures de l'art de vivre. 

On pourrait continuer cette liste à l'envi. Mais il est temps de respecter l'idée principale, et de transformer la plume en poil ! Et si d'aventure, vous vous demandiez : et chez les femmes alors ? Pas de glandeuse iconique ? La femme oisive se fait plutôt rare. A moins de vous appeler Paris Hilton ou Emma Bovary, il vous faudra vous agiter en permanence pour exister aux yeux de la société. 

ALLER PLUS LOIN

Écouter ►► Les vertus de l’ennui
Écouter ►► L’art de s’ennuyer et de ne presque rien faire

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.