La ville de San Francisco va interdire la vente de e-cigarettes. Le conseil municipal a voté à l'unanimité cette décision. Reste à la maire, London Breed, de signer le texte. Objectif : protéger les plus jeunes.

La marque de e-cigarettes Juul va déposer un recours contre l'interdiction à San Francisco
La marque de e-cigarettes Juul va déposer un recours contre l'interdiction à San Francisco © AFP / EVA HAMBACH

Si le texte est validé par la maire de San Francisco, London Breed, il sera interdit de vendre des cigarettes électroniques dans la ville d'ici la fin de l'année. Cela signifierait que plus aucun magasin ne pourrait vendre de e-cigarettes et de recharges. Mais il serait également interdit de livrer à des adresses postales situées à San Francisco des commandes de cigarettes électroniques effectuées sur Internet. L'ordonnance adoptée à l'unanimité dans la nuit de mardi à mercredi s'applique aussi aux produits à base de tabac aromatisé mais elle ne punit pas la possession ou l'usage de cigarettes électroniques, contrairement à Singapour qui a mis en place une interdiction stricte de ces produits l'an dernier.

Protéger les jeunes 

L'objectif est d'éviter la consommation de cigarettes électroniques des mineurs. Car c'est un fait : aujourd'hui, les jeunes fument de moins en moins de cigarettes, certes, mais de plus en plus de cigarettes électroniques. L'usage de la e-cigarette est ainsi passé de 2% chez les ados à 20% en moins de dix ans. Ne serait-ce qu'entre 2017 et 2018, le vapotage chez les jeunes a augmenté de 36% selon une étude des Centres américains de prévention et de contrôle des maladies. Un lycéen sur cinq admet avoir vapoté sur les 30 derniers jours.

Cigarettes, alcool et marijuana, oui ! E-cigarettes, non ! 

Toute personne de plus de 21 ans peut acheter dans la ville des cigarettes, de l'alcool et de la marijuana.

Une bonne partie de la population s'est élevée contre cette future mesure, rappelant que la cigarette est toujours vendue aux personnes majeures (plus de 21 ans). Or, les effets néfastes de la cigarette traditionnelle sur la santé des fumeurs (et des fumeurs passifs) sont connus et prouvés scientifiquement. Pourquoi donc interdire un produit qui sera de toute façon moins dangereux, et dont on ne connait pas encore les effets sur la santé ? De plus, les adultes qui se sont tournés vers la cigarette électronique pour arrêter de fumer risquent de repasser à la cigarette traditionnelle.

San Francisco, ville pionnière

La ville de San Francisco a souvent été pionnière en prenant des virages sociétaux radicaux, comme le mariage pour tous dès 2004 ou lorsqu'elle a interdit les sacs en plastique, devenant ainsi la première ville américaine à le faire. Avec l'interdiction de la cigarette électronique, elle risque de devenir précurseure pour une autre raison : prendre des décisions parfois radicales au nom de la protection de la population. Comme par exemple interdire la saveur fruitée ou le parfum bonbon dans les cigarettes électroniques, une décision prise l'an dernier.

Le principal fabricant monte au créneau

Juul, marque de cigarettes électroniques basée à San Francisco a annoncé qu'elle allait tenter tous les recours possibles à cette décision de la ville. juul veut notamment recueillir suffisamment de signatures pour pouvoir soumettre à référendum populaire l'autorisation ou l'interdiction des e-cigarettes en novembre prochain. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.