C’est le constat fait par plusieurs internautes ces dernières semaines. Dans les grandes et moyennes surfaces, on trouve des oignons jaunes d’Australie, de Nouvelle-Zélande ou de Tasmanie. Sachant que la France produit 400 000 tonnes d'oignons par an. Pourquoi faire un voyage si long à des oignons ?

De nombreux consommateurs ont trouvé des oignons jaunes de Nouvelle-Zélande ou d'Australie dans leurs supermarchés
De nombreux consommateurs ont trouvé des oignons jaunes de Nouvelle-Zélande ou d'Australie dans leurs supermarchés © AFP / NurPhoto / MAJDI FATHI

Depuis fin avril de nombreux consommateurs ont découvert dans leurs supermarchés des oignons jaunes de Nouvelle-Zélande, d’Australie ou de Tasmanie. Intermarché, Monoprix, Leclerc, tous ont succombé aux oignons de l'hémisphère sud. 

Un voyage de plus de 15 000 kilomètres pour ces oignons, ce qui pose problème au regard du bilan carbone et puisque la France produit chaque année près de 400 000 tonnes d'oignons, ce qui normalement la rend auto-suffisante à sa consommation.  

Sauf que l'été 2018 a connu une sécheresse qui "a touché tous les producteurs européens l'année dernière" explique Gérard Porhel, producteur et "metteur en marché" d’oignons, en Bourgogne. Résultat : une perte de 20 à 25 % de leur production annuelle d'oignons jaunes. 

Ce qui explique l’arrivée des oignons de l'hémisphère sud sur les étals de nos supermarchés, "tous les stocks d'oignons français de l'année précédente sont épuisés depuis fin avril" affirme Gérard Porhel.

La ferme des Arches, dans l'Eure-et-Loir, produit des condiments dont des oignons et fournit certains magasins Intermarché. Dominique Viel, son directeur commercial a également connu ce problème de sécheresse qui a provoqué l'importation des oignons d'Australie et de Nouvelle-Zélande,

"À cas exceptionnel, mesure exceptionnelle."

D'après lui, l’été dernier tous les producteurs ont "subi un épisode de sécheresse très long. C'était une année exceptionnelle, on a eu une campagne atypique en terme de quantité, de disponibilité et voire même de prix de marché. On n'avait jamais vu ça." 

"On est obligés de répondre à tous type de consommateurs"

Il n'y avait donc plus assez d’oignons hexagonaux ou européens. On est donc allés en chercher beaucoup beaucoup plus loin, malgré un bilan carbone assez désastreux. "Sur le marché français on est obligés de répondre à tous type de consommateurs et de clients. Certaines personnes ne se posent pas ce genre de question et elles veulent des produits coûte que coûte en fonction de leurs besoins" explique Dominique Vieil. 

Depuis plusieurs années, les supermarchés font tout pour "acheter français, ils jouent le jeu et ne demandent qu'à acheter hexagonal" confirme le grossiste Gérard Porhel. Mais lorsque les producteurs français manquent de produits, les enseignes se tournent vers d'autres pays pour se fournir. 

C'est ce qu'il s'est passé pour ce magasin Intermarché de Tulette où des oignons d'Australie ont été proposés à la vente. 

Patrick Jaussent, responsable du magasin explique que l'établissement doit "répondre à la demande de la clientèle. On fait comment sinon ? Le jour où il y en a pas [des oignons français, NDLR] on prend ce que le fournisseur nous donne, je ne vois pas où est le problème. S'il n'y en a pas d'autres ailleurs, on est bien obligés."

Plus de quatre euros le kilo d'oignons

Les oignons jaunes font donc le tour du monde pour satisfaire nos papilles et en plus ils sont proposés à des prix exorbitants. "Les oignons coûtent très cher en import" explique Dominique Viel notamment à cause des frais logistiques et de la pénurie en Europe qui a fait exploser les prix. 

On retrouve donc les oignons à parfois plus de quatre euros le kilo, alors que le prix moyen des oignons français oscille normalement entre 1,10€ et 1,50€. 

Mais que les Français se rassurent. On on va pouvoir maintenant retrouver des oignons hexagonaux sur presque tous nos étals. Mais face à la canicule exceptionnelle de cet été, Gérard Porhel prévient : "on est en manque d'eau" et on peut donc s'attendre à une nouvelle pénurie d'oignons dans les mois à venir en Europe. 

Réponse fin septembre, lorsque les récoltes seront terminées. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.