Mise en place d'un couvre-feu en 2011 à Asnières sur Seine (illustration)
Mise en place d'un couvre-feu en 2011 à Asnières sur Seine (illustration) © MaxPPP

Pour la première fois depuis la déclaration de l'état d'urgence, un couvre-feu a été décrété vendredi pour ce week-end dans un quartier sensible de Sens, dans l’Yonne, après la découverte d'armes et de faux papiers lors de perquisitions administratives.

C’est la première commune concernée par une telle mesure depuis la déclaration de l’état d’urgence. Après des perquisitions administratives menées dans la nuit de jeudi à vendredi à Sens, dans l’Yonne, qui ont donné lieu à la découverte d'armes "non autorisées" et de "faux papiers", la préfecture a imposé un couvre-feu pour tous les habitants jusqu’au 23 novembre. Les perquisitions, menées vers 3h du matin par la police, la gendarmerie et le GIGN, se sont déroulées dans le calme.

Plusieurs personnes en garde à vue

Après les perquisitions, la préfecture indique que plusieurs personnes ont été placées en garde à vue. Une porte-parole de la préfecture a précisé que la mesure interdisait "la circulation piétonne et routière, sauf les véhicules d'urgence, les soirs entre 22h et 6h". Selon la députée-maire Les Républicains de Sens, Marie-Louise Fort, la mesure vise "la sécurisation de la population sénonaise" après les saisies d'armes et de faux papiers. Cette dernière a par ailleurs rappelé que le quartier des Champs-Plaisants représente "presque un tiers de la population" de cette ville d'environ 25.000 habitants.

En 2002, la circulation la nuit avait été interdite aux mineurs

Il s’agit, selon l’édile, d’un "quartier populaire", où se déroulent des "incidents" comme des "caillassages ou des feux de poubelles". A l'été 2002, afin de lutter contre la délinquance juvénile, la maire avait déjà interdit la circulation la nuit des mineurs de moins de 13 ans non accompagnés. Dans le cadre de l'état d'urgence, aux termes de la loi de 1955, les préfets ont la possibilité d'"interdire la circulation des personnes ou des véhicules" dans certains lieux ou à certaines heures, ou d'instituer "des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé". Ce qui permet donc la mise en place de couvre-feux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.